Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier (déductible de vos impôts).
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Escada, le président de Civitas, parmi le Top 27 European Anti-choice Personalities Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par CIVITAS   
06-11-2012

27 personnalités pro-vie, dont Alain Escada, président de Civitas, sur liste noire

blacklist.jpgIl s’agit d’un document confidentiel, que vous ne trouverez pas sur Internet. Intitulé Top 27 European Anti-choice Personalities (Liste des 27 personnalités européennes “anti-choix” NDR), un puissant groupe de pression européen en faveur de l’avortement, l’EPF (European Parliamentary Forum on Population an Development) a fiché les principaux opposants au sécularisme en Europe. “Anti-choix” signifie “pro-vie”. Ceux qui sont en faveur du choix (Pro-choice) sont les partisans de l’avortement et de toute forme de relation sexuelle non reproductive, à commencer par les relations homosexuelles.

Ceux qui sont opposés au “choix” défendent la vie, la famille et le droit naturel contre les idéologies anti-natalistes et relativistes. La liste noire comprend 27 “personnalités” de dix pays européens, dont le Parlementaire européen slovaque Anna Zaborska, le responsable des Associations européennes Tradition, Famille, Propriété, Caio Xavier da Silveira, le Duc Paul von Oldenburg, représentant de la Fédération Pro-Europa Christiana de Bruxelles, les italiens Luigi Coda Nunziante, Président de l’Association Famiglia Domani (Famille demain NDT), le Pr. Roberto de Mattei, Président de la Fondation Lepanto, et Luca Volonté, membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Pour la France sont dans la liste : le Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Mané ; le Président de l’Institut Civitas, Alain Escada ; le directeur général de ECLJ (European Center for Law and Justice), Grégor Puppinck ; Elisabeth Montfort, ex parlementaire européen ; Catherine Vierling, assistante parlementaire. Chacun des 27 personnages en question est présenté à l’aide d’un curriculum accompagné d’une photo, comme cela est d’usage pour les avis de recherche concernant des malfaiteurs. Il ne manque que l’adresse pour mieux pouvoir les localiser et les frapper. Ici, en effet, ce ne sont pas les idées qui sont en question mais la liberté de les exprimer.

Quiconque représente un obstacle au sécularisme mérite d’être isolé et mis au ban. D’abord moralement puis juridiquement et peut-être également physiquement parce que ce type de liste de proscription alimente la haine idéologique ad personam. Il s’agit de la énième démonstration de la “dictature du relativisme” qui réclame la liberté pour tout et tous mais cherche à suffoquer par tous les moyens la voix de ceux qui s’opposent à la dégradation morale contemporaine. L’EPF fait partie de ces “pouvoirs forts” qui, grâce à d’énormes ressources financières et à une diffusion capillaire, créent le “consensus” médiatique et politique.

Il s’agit d’une organisation ayant son siège à Bruxelles, qui accueille des membres de différents parlements et se trouve présidée par le vice-président de la Chambre des Députés de Géorgie, George Tsereteli. Son programme se résume dans la Charte des droits sexuels et reproductifs approuvée en 1995 par la International Planned Parenthood Federation, fondée par l’eugéniste Margaret Sanger, dans « le but de promouvoir le contrôle des naissances, (c’est-à-dire) de créer une race de pur-sang ». Les droits reproductifs, qui sont en réalité les droits à ne pas se reproduire, s’expriment dans la revendication d’une liberté sexuelle absolue devant être atteinte par le biais de vastes campagnes d’éducation à la contraception et à l’avortement, jusqu’à la stérilisation de masse.

L’EPF, qui est la longa manus de la International Planned Parenthood Federation, est financée par les institutions publiques européennes et par de riches fondations privées. Est en effet notoire par exemple l’engagement en faveur de la diffusion du sécularisme du spéculateur international George Soros et de la Fondation Bill et Melinda Gates qui, en juillet 2012, a promu une gigantesque collecte de fonds afin d’assurer l’accès à la contraception des femmes pauvres du monde entier. Parmi les associations liées à l’EPF se trouvent également les Catholics for a Free Choice (CFFC, catholiques pour le libre choix), partisans d’une « théologie favorable à l’avortement » qui furent les promoteurs de la campagne lancée en 2000 visant à expulser le Saint-Siège des Nations unies. Aujourd’hui, les défenseurs de la vie et de la famille sont pris pour cible. Pour eux toutefois, cette “liste noire” est un motif de fierté. (V. R./Correspondance Européenne)

 
< Précédent   Suivant >

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici