Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier (déductible de vos impôts).
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Loi Macron: coup de force pour une loi antisociale, anti-famille et anti-chrétienne
Écrit par Civitas   
17-02-2015

francechrétienne.jpeg

 
Recourir à l’article 49.3 de la Constitution pour imposer la loi Macron, voilà le choix du gouvernement pour passer outre le rejet quasiment assuré de cette loi par l’Assemblée nationale.
 
Le tandem Hollande-Valls ne survit que par le coup de force.
 
Notons qu’à l’UMP, des gens comme Thierry Mariani et Hervé Mariton, le grand ami de la Manif pour Tous, avaient annoncé leur intention de voter pour la loi Macron.
 
Qu’est-ce que la loi Macron, du nom du ministre issu de la banque Rothschild ?
 
A notre niveau, nous retiendrons que la loi Macron “pour la croissance et l’activité”
- étend le travail le dimanche et la nuit;
- permet de supprimer les fêtes catholiques de la liste des jours fériés dans les départements et régions d’Outre-mer pour les remplacer par des “jours fériés locaux”.
 
Le dimanche, jour du Seigneur, est aussi l’un des rares moments qui permet à la famille de se retrouver. Le gouvernement socialiste et la Haute Finance s’associent pour affaiblir le caractère religieux du dimanche ainsi que pour arracher aux familles ce dernier moment de cohésion et y substituer un matérialisme athéiste.
 
De même, le gouvernement socialiste entame en Outre-mer un processus offensif volontairement antichrétien en encourageant à mettre fin à l’aspect férié du lundi de Pâques, du jeudi de l’Ascension, du lundi de Pentecôte, de l’Assomption, de la Toussaint et même de Noël. Et pourquoi cette réforme qui affecte l’Outre-mer tarderait-elle à s’imposer également en Métropole où différentes diasporas et confessions réclament leurs propres jours fériés ? Tout cela s’apparente aux propos de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, considérant qu’évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est “faire une relecture historique frelatée” qui a “rendu la France peu à peu nauséeuse”. Le même Cazeneuve qui, il y a quelques semaines, recevait très officiellement à déjeuner les représentants des différentes obédiences maçonniques.
 
La république maçonnique est à l’œuvre, toujours prompte à profiter de chaque occasion pour accentuer la déchristianisation de la France.
“Toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Eglise”, avait prévenu Vincent Peillon dans son livre Une religion pour la République.
 
Allons-nous laisser faire ?
 
Alain Escada,

 

président de Civitas
 
Le catéchisme - présentation
Écrit par Civitas   
15-02-2015
 
Face à une dictature matérialiste, athéiste et mondialiste
Écrit par Civitas   
06-02-2015

statue-ste-vierge-grenoble.jpg

Après la chasse aux crèches de Noël, les fondamentalistes de la “Libre Pensée” s’en prennent aux statues de la Ste Vierge. L’association la Libre Pensée de Haute-Savoie avait intenté une action contre l’installation en août 2011 d’une statue de la Ste Vierge dans le parc municipal de la commune de Publier. Magnifique, Notre-Dame-du-Léman posait son regard bienveillant, du haut du village de 6.500 habitants, sur le Léman. Gaston Lacroix, courageux maire de Publier, avait toujours refusé de céder aux intimidations des fondamentalistes laïques.  Mais le Tribunal administratif de Grenoble, saisi par les laïcistes, vient d’ordonner le déménagement de la statue.

«La question de l’existence ou non de Dieu n’est pas de la compétence d’un maire ni de quelconque élu.», s’est réjoui José Goëmans à qui on doit cet acharnement antichrétien dans cette petite localité. Le maire Gaston Lacroix, lui, continue de souligner l’évidence. «De nos jours, la France ne sait plus où elle habite. On assiste à une perte de repères. (...) cette statue est un repère. (...) Il n’y a pas un sommet où on ne trouve pas une croix ou une Vierge. Beaucoup ont été édifiées après 1905!», a-t-il déclaré à France 3.

Ce fait local traduit l’état d’esprit qui règne aujourd’hui en France et qui s’est renforcé avec “l’affaire Charlie Hebdo”. La République hait Dieu. La République sait néanmoins que l’homme ne peut vivre sans religion. La République veut donc imposer la laïcité comme religion de substitution. Dans un scénario digne d’Aldous Huxley ou de Georges Orwell, la République commande à la population de répéter l’incantation “Je suis Charlie”, à l’école ou au travail, sous peine d’être dénoncé comme un déviant. Chacun est sommé d’accepter le blasphème, de tolérer la profanation, de sourire du sacrilège. Sauf lorsque le “sacrilège” vise un dogme de la laïcité républicaine. Là, instantanément, la fameuse liberté d’expression fait place au bras répressif de l’ogre républicain et de sa police de la pensée.

Durant des mois de manifestations contre la loi Taubira, comme tant d’autres, nous avons dénoncé la “dictature socialiste”. Le terme était impropre. Il s’agit d’une dictature matérialiste, athéiste et mondialiste. Le socialisme français en est simplement un exécutant plus dogmatique et zélé que d’autres. La théorie du genre prescrite de force à l’école ou les ambitions de légaliser l’euthanasie n’en sont que des illustrations parmi d’autres.

Une fois de plus, Civitas rappelle ces mots de Jean Jaurès : “Nos adversaires ont-ils opposé doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution, l’entière pensée catholique, de réclamer pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d’inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés, ils ont chicané sur des détails d’organisation. Ils n’ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l’âme de l’Eglise.

J’appelle tous ceux qui refusent de se dérober plus longtemps à rejoindre Civitas sous l’étendard du Christ-Roi. Serrons les rangs pour affronter les temps d’épreuves.

 

Alain Escada, président de Civitas

 
Qu'est-ce que la politique ? (cours de philo politique par l'abbé Billecocq)
Écrit par Civitas   
06-02-2015

Cette conférence de philosophie politique est filmée dans le cadre d'un cours donné par l'abbé Billecocq pour l'institut Civitas.

Voici le plan de cette 3ème conférence qui répond à la question: Qu'est-ce que la politique ?

L’ordre

- La raison ne fait pas l’ordre : Elle le contemple

- La raison met de l’ordre :

. En elle-même : Logique, rhétorique

. Dans la volonté : Philosophie, morale

. Dans les objets extérieurs : Arts et techniques

La science

- La science spéculative : Métaphysique, contemplation

- La science pratique 1 : Agir, politique, fin

- La science pratique 2 : Faire

La politique : Achèvement de la morale

Conclusion : On a substitué un savoir spéculatif à la pratique

Marcel De Corte

La science pratique n’est pas la science de l’action, elle est l’action elle-même […] accomplissement temporel de la nature sociale de l’homme.

Marcel de Corte

Référence de l'ouvrage de St Thomas d'Aquin mentionné lors de la conférence:

L'humanisme politique St Thomas d'Aquin

L'humanisme politique de saint Thomas d'Aquin

Retrouvez les deux précédentes conférences consacrées à la philosophie politique:

1 - Les transformations opérées par la révolution de 1789

2 - La communication et la vie politique

La prochaine conférence qui aura lieu début mars aura pour thème: Personne et bien commun

 
Mardi 27 janvier à 20h - Cours de philosophie politique - Qu'est-ce que la politique ?
Écrit par Civitas   
22-01-2015

Au programme: 

3ème conférence de l’abbé Billecocq dans le cadre du cours de philosophie politique.

qu'est ce que la politique.jpeg

 

                                  Qu'est-ce que la politique ?

Eglise St Nicolas du Chardonnet, 23 rue des Bernardins 75005 Paris.

Salle St Germain

Entrée Libre

Métro Maubert-Mutualité – Ligne 10. Entrée rue Monge. 

Pour rappel et à l’attention de ceux qui n’étaient pas présents lors des deux dernières conférences, celles-ci ont été enregistrées. Vous pouvez les visionner en cliquant sur les liens ci-après : 

1ère conférence : Les transformations opérées par la révolution de 1789 

2nde conférence : La communication et la vie politique

 
La Russie dans le nouvel ordre mondial (Revue Civitas)
Écrit par Civitas   
15-01-2015

civ_54_maquette_couv (2).jpg

Le numéro 54 de la revue Civitas (84 pages) :

Editorial - Le combat est planétaire (Alain Escada)

Dossier - La Russie dans le nouvel ordre mondial

- La Russie de Poutine dans le Nouvel Ordre Mondial (Pierre Hillard)

- La Russie de Poutine et le Nouvel Ordre Monial (Baudouin Lefranc)

- La consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie (Abbé Fabrice Delestre)

Le Jobbik (Louis Valette)

Le grand gâchis des élections européennes (1) (Olivier Destouches)

A propos du pseudo "Etat Islamique en Irak et au Levant" (Général Lalanne Berdouticq)

Brèves d'actualité (Rémi de Völn)

Lu et relu pour vous (Henri Préhaut)

Les Brigands peuvent-ils connaître la paix ? (Professeur Claude Rousseau)

Connaissance de la subversion : la linguistique (Michel Ballandras)

Vie de l'Institut

Une révolution synodale (Abbé Tranchet)

Ce numéro peut être aussi commandé à Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil

au prix de 7€ + 2.50€ de port

 

 
Affaire Charlie Hebdo - Alain Escada répond à Jean-Michel Ribes
Écrit par Civitas   
08-01-2015

Lu sur Médias Presse Info :

ribes-charlie-hebdo

Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point à Paris, a fait la tournée des médias, depuis hier, pour livrer ses impressions après l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo.

Avec un raccourci sidérant, Jean-Michel Ribes a osé comparer les auteurs de l'attentat aux "catholiques intégristes" et à Civitas.

Nous avons contacté Alain Escada, président de Civitas, pour connaître sa réaction.

***

MPI - M. Escada, avez-vous entendu les propos de Jean-Michel Ribes comparant les terroristes islamistes aux catholiques intégristes - en citant explicitement Civitas sur BFM - et qu'en pensez-vous ?

Alain Escada - Jean-Michel Ribes n'a aucune décence. Ses propos sont scandaleux et inqualifiables. Ce sont les propos d'un homme bouffi d'orgueil qui ramène tout à lui. Il vient pour rendre hommage à ses amis de Charlie Hebdo mais, en réalité, c'est de sa petite personne dont il parle. Dévoré par la vanité, il cherche une posture de héros. Ses amis sont morts sous les balles de terroristes. Alors, lui, pour exister, il doit prétendre avoir vécu des menaces. Le gros Ribes est, il faut le reconnaître, un bon comédien, et maîtrise à la perfection son rôle favori de victime des catholiques traditionnalistes. Depuis 2011, il ressort cette histoire sur tous les plateaux de télé et de radio. Jean-Michel Ribes, c'est un peu Tartarin de Tarascon. Plus le temps passe, plus il ajoute de détails des "périls" auxquels il aurait survécu. Et comme les journalistes sont ses copains, aucun ne relève l'invraisemblance de ses propos.

Pourtant, les mensonges sautent aux yeux. Ribes est grotesque quand il raconte sur le plateau de Canal + que les "cathos intégristes" chantaient "Pendez Ribes" devant son théâtre lorsqu'il avait mis à l'affiche "Golgota Picnic", spectacle blasphématoire de Rodrigo Garcia. Chaque jour où nous manifestions devant son théâtre, les médias venaient observer la scène. Vous ne trouverez nulle part trace de cette prétendue chansonnette.

D'autre part, vous devez savoir que si Jean-Michel Ribes est un homme de gauche, il est avant toute chose un caméléon opportuniste prêt à toutes les courbettes pour se faufiler dans les pas des hommes et femmes au pouvoir. Lorsque nous manifestions devant son théâtre, il avait donc obtenu, après les pleurnicheries dans lesquelles il excelle, un dispositif de sécurité plus important que celui prévu pour un match de foot OM-PSG. Autant vous dire que pas un manifestant n'aurait pu approcher de ce ridicule personnage.

MPI - Mais pour Ribes, intégriste musulman et intégriste catholique, c'est la même chose. Qu'en pensez-vous ?

AE - D'abord, je préciserais que le courage de Jean-Michel Ribes est inversement proportionnel à son orgueil et que s'il s'est risqué à programmer un spectacle blasphématoire anticatholique, vous ne le verrez pas de sitôt en faire autant à l'encontre de l'islam. Encore moins à l'encontre du judaïsme.

Les catholiques ont protesté, chahuté, ou prié devant son théâtre, ils n'ont jamais mis la moindre vie en danger. Toutes les élucubrations et gesticulations de Ribes ne changeront rien à cette réalité évidente.

En même temps que Ribes nous insulte, il insulte aussi les morts de Charlie Hebdo. La comparaison est affligeante et stupide. Mais elle n'est pas innocente puisqu'il s'agit d'enfumer l'opinion publique en laissant penser que tous les croyants sont dangereux et que seule la laïcité républicaine doit être défendue.

MPI - Le mot de la fin ?

AE - Ribes n'est qu'un pitoyable valet du système, viscéralement antichrétien et foncièrement égocentrique. Sa parole n'a aucune valeur. Il vendrait sa mère pour passer à la télévision.

***

Quelques moments délirants de Jean-Michel Ribes :

 
Les lois sur l'euthanasie qu'on veut imposer aux médecins
Écrit par Civitas   
06-01-2015
 
L'évolution selon les manuels de SVT
Écrit par Civitas   
06-01-2015
 
Philosophie Politique - La communication et la vie politique
Écrit par Civitas   
30-12-2014

Cette conférence de philosophie politique est filmée dans la cadre d’un cours donné par l’abbé Billecocq pour l’Institut Civitas.

Voici le plan de cette seconde vidéo de philosophie politique consacrée à la communication et à la redéfinition de la vie politique.

Aristote

Introduction : L'étymologie des mots

1ère partie: Aristote - Les faits de nature - La nature c'est la fin

2ème partie: Aristote - Les faits de nature - La nature ne fait rien en vain

Synthèse : La communication - La commune action

L'association de l'époux et de la femme sont les bases de la famille [...], l'association première de plusieurs familles [...] c'est le village [...], l'association de plusieurs villages forme un état complet.

Aristote - La Politique - Chapitre 1

Retrouvez la 1ère conférence de philosophie politique: Les transformations opérées par la révolution de 1789

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 91 - 120 sur 691

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici