Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier (déductible de vos impôts).
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Rassemblons-nous devant le Sénat !
Écrit par CIVITAS   
01-04-2013
 
Prière et sainte colère devant le Sénat à partir du 4 avril
Écrit par CIVITAS   
29-03-2013

Tous devant le Sénat contre la loi Taubira !

 "Ô mon Dieu, donnez-nous enfin le chef de guerre, vaillant comme un archange et qui sache prier, pareil aux chevaliers qui sur le mont naguère terrassaient les Anglais. Qu'il soit chef de bataille et chef de prière."
Charles Péguy

ninirosaire.pngMobilisations devant le Sénat contre la loi Taubira :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.
 
En les circonstances particulières que nous connaissons, certains pourraient être tentés de se demander si le temps est bien à la prière. Je conseille à tous de méditer ces mots du Cardinal Pie (discours pour la solennité de la réception des reliques de Saint Emilien) :
 
"Mes frères, il y avait à Nantes, ce qui s'y est vu souvent, un évêque homme de foi et homme de courage : le saint chrême, en inondant sa tête et ses mains, n'avait point éteint dans ses veines l'ardeur naturelle de sang breton. Autour de cet évêque nantais, il y avait ce qu'on y trouverait encore, ce qu'on y trouvera toujours, toute une phalange chevaleresque de loyaux chrétiens et de valeureux guerriers. Emilien, c'est le nom de l'évêque, met d'abord son peuple en prière. Mais bientôt il se relève, car sa prière elle-même le pousse à l'action. Quand la patrie est en danger, tout citoyen est soldat. Or, à l'heure solennelle qui venait de sonner, ce qui était menacé, c'était la patrie des âmes en même temps que celle des corps, c'était le règne de Dieu en même temps que le royaume des Francs."
 
Tout est dit.
 
Si un printemps français doit arriver, ce sera par cette voie.
 
Tous au Sénat !
 
Alain Escada,
président de CIVITAS
 
Qui veut un printemps français sera avec Civitas devant le Sénat
Écrit par CIVITAS   
29-03-2013

Rassemblement national le 6 avril devant le Sénat : des bus s'organisent

ninirosaire.pngDes bus s'organisent pour la manifestation du samedi 6 avril devant le Sénat. Voici une première liste :

Amiens :Inscriptions auprès du 06.23.83.12.33

12h – Place du cirque

Participation libre

Bergerac :Inscriptions auprès du 06.50.68.90.38 – appf@bbox.fr 

 7h : Place du Foirail

Prix du billet AR : 30 €

Châteauroux :Inscriptions auprès du 06.50.68.90.38 – appf@bbox.fr 

10h30 : Parking Restaurant l’escale

Prix du billet AR : 30 €

La Roche sur Yon : Inscriptions auprès de Thierry Ménager (0251409901) David Gourmaud (0642470642)

8h - esplanade des Flaneries

8h30 - face à M. Bricolage

Prix du billet AR : 35 €

Lille : Inscriptions auprès du 03.20.51.47.48 

10h00 : au départ de La Madeleine, rue Paul Doumer

(face au lycée Valentine Labbé) (retour vers 22h00)

Prix : adulte : 25 € - étudiant : 15€ - enfant : 10€ - famille : 70 €

Limoges : Inscriptions auprès du 06.50.68.90.38 – appf@bbox.fr

9h15 : Parking Decathlon

Prix du billet AR : 30 €                                                   

Périgueux : Inscriptions auprès du 06.50.68.90.38 – appf@bbox.fr

7h45 : devant Caserne des pompiers, place du 8 mai 45

Prix du billet AR : 30 €

 
L'appel de France Jeunesse Civitas
Écrit par CIVITAS   
27-03-2013
 
A partir du 4 avril, prière et sainte colère devant le Sénat
Écrit par CIVITAS   
25-03-2013

Le vrai printemps français, ce sera avec CIVITAS devant le Sénat

ae-portrait.jpegLa journée du 24 mars a démontré que la mobilisation nationale et populaire contre le projet de loi Taubira ne faiblit pas. Mieux encore, on constate que le ton de beaucoup de ses participants se radicalise.
 
Non, les défenseurs de la famille ne sont pas des "casseurs"
Hélas, comme c'était prévisible, celle qui prétend incarner cette mobilisation a trahi ceux qui lui avaient fait confiance.
Elle qui, il y a quelques semaines, avec des accents matamoresques, devant de nombreux journalistes, encourageait les Français à squatter les Champs-Elysées le temps qu'il faudrait pour faire cèder François Hollande, s'est rapidement désolidarisée de ceux qui ont cru à son discours de "printemps français" et ont subi les lacrymogènes et parfois les matraques de policiers et gendarmes. Celle qui se fait appeler Barjot a traité de "casseurs", d' "extrémistes", de "fachos", ces Français de tous âges, qui n'avaient fait qu'agir selon ses propres consignes.
 
Récupération politique et supercherie
Les interventions à la tribune ont par ailleurs témoigné de la manoeuvre de récupération politique négociée avec Mme Barjot au profit d'une UMP désormais omniprésente.
Pour faire bonne mesure, la parole a bien été donnée à quelques élus de gauche dont un trotskyste, mais c'est l'UMP qui eut la part belle, avec notamment les discours d'Henri Guaino et de Jean-Pierre Raffarin, tandis que Jean-François Coppé se dressait au premier rang de la foule, place de choix pour répondre aux questions des médias. Une "manif pour tous" désormais au service de simples calculs électoralistes, entre préparation des esprits à la candidature de Mme Barjot et promotion d'un pseudo-engagement de l'UMP.
Cette UMP qui a pour chef de groupe au Sénat le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin dont Le Canard enchaîné affirmait il y a peu qu'il avait proposé aux socialistes de liquider en quatre jours à peine le débat en séance plénière du projet de loi Taubira. Ce qui n'étonne guère quand on sait que Jean-Claude Gaudin est un grand ami du lobby homosexuel marseillais. Il a par exemple accordé une importante subvention publique à l'Europride qui se déroulera du 10 au 20 juillet à Marseille et au cours de laquelle une cérémonie baptisée "Les Mariés de l'an 1" devrait unir symboliquement 2013 duos homosexuels !
 
Nouvelle mobilisation devant le Sénat
Le vote au Sénat est annoncé comme serré. Des sénateurs de gauche élus de l'Outre-Mer pourraient voter contre le projet de loi Taubira mais font l'objet d'une pression importante. A l'inverse, des élus UMP pourraient voter en faveur de la dénaturation du mariage et de la parenté et c'est eux qu'il faut mettre sous pression.
Il faut être sans aucune illusion à l'égard de ce système parlementaire et des girouettes politiques qui le composent. Mais le vent de colère qui s'exprime peut parfois souffler suffisamment fort pour momentanément orienter les girouettes dans la bonne direction. C'est pourquoi CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à venir faire preuve d'une sainte colère devant le Sénat à partir du 4 avril.
 
Prière et sainte colère
Le mot d'ordre que CIVITAS lance est clair : ni ballons, ni flonflons, prière et sainte colère.
Ainsi, si des chants doivent précéder discours et prières durant nos rassemblements prochains devant le Sénat, nous choisirons parmi La Blanche Hermine, Les Bleus sont là ou encore Les lansquenets plutôt que le hit-parade mondialiste. Et nos drapeaux ne seront pas roses mais marqués du Sacré-Coeur.
Mais nous tenons avant tout à donner à notre action une dimension spirituelle, convaincus qu'aucune victoire ne sera possible sans le secours divin.
Je rappelle ces mots de Charles Péguy : "Ô mon Dieu, donnez-nous enfin le chef de guerre, vaillant comme un archange et qui sache prier, pareil aux chevaliers qui sur le mont naguère terrassaient les Anglais. Qu'il soit chef de bataille et chef de prière."
 

Le programme des mobilisations devant le Sénat est le suivant :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

ninirosaire.png

 
Ce 24 mars, Frigide Barjot a insulté ceux qui lui faisaient confiance
Écrit par CIVITAS   
25-03-2013

24mars-heurts.jpeg(...) des gens sans matraques, sans battes de baseball, sans cocktails Molotov, des gens qui avaient juste leurs poumons pour crier « Hollande démission » ou « Ta loi, on n’en veut pas », « L’apéro chez Flanby », des familles avec enfants, ont été gazés parce qu’ils ont osé aller vers les Champs-Elysées, scandaleusement interdits d’accès. Gazés à cinq centimètres des yeux, tabassés pour certains…

Des « casseurs », ces gens-là ? Les vidéos de dimanche soir ne montrent aucune attaque violente contre les forces de l’ordre. On ne déplore aucune vitrine cassée. Aucun magasin pillé. Aucune voiture brûlée. Ceux qui avaient faim allaient sagement acheter leur pain au chocolat à la boulangerie du coin. C’était la « France bien élevée », comme le dit Gabrielle Cluzel, les « braves gens devenus des gens braves » chers à Alain Sanders : la langue bien pendue et prêts à prendre un ou deux sens interdits mais fondamentalement respectueux de l’ordre. Le désordre venait d’en face.

Frigide, démission !

Mais Frigide Barjot a osé dire qu’elle se désolidarisait de ceux qui n’avaient pas encore fini d’être gazés. Elle les a traités de « casseurs ». Elle les a accusés d’avoir « volé » les sweats au logo de la manif – que n’importe qui peut acheter en ligne, et je sais par des témoignages directs que des bénévoles se trouvaient sur les Champs, parmi les gazés. Elle a prétendu que c’étaient des « extrémistes de droite », hurlant au micro, « les fachos, dehors ! », légitimant toutes les outrances et les violences de la police aux ordres.

Elle n’a pas eu un mot pour Lancelot, 14 ans, sous assistance respiratoire pendant 30 minutes à la suite d’une crise d’asthme causée par un gazage à bout portant. Pas un mot pour le dangereux « extrémiste » de 10 mois, les fillettes de 6 ou 7 ans, les jeunes filles, les hommes âgés qui ont été pris pour cible par la police. Ils étaient sur les Champs, oui : il aurait suffi d’un peu de détermination et de sens politique de la part des organisateurs pour que l’ensemble de la manif s’y engouffre. Ces gens braves qui ne sont pas des casseurs et qui ne prétendent pas mettre la société sens dessus dessous comme Hollande, Taubira et Valls qui a osé saluer le « sang-froid » des forces de l’ordre. Frigide voulait-elle que la manif soit entendue, oui ou non ? Voulait-elle le retrait du projet Taubira, oui ou non ?

Extrémistes ?

Etaient-ce des extrémistes, ces jeunes sur les Champs ? Non : surtout des gens normaux de familles normales (...) Comment oser les renier ?

Il faut le dire avec force : c’est en prétendant contenir la colère des Français et en muselant leurs slogans que Frigide Barjot a créé l’exaspération qui a conduit des manifestants à aller sur les Champs. (...) la foule voulait le retrait du projet Taubira, la démission de Hollande. Et non des flonflons et des attitudes de Bisounours. « Applaudissez nos amis homos », disait Frigide à la tribune. Silence ou sifflements dans les rangs.

Elle, qui a prétendu ne pas politiser ni confessionaliser la manif, a donné la parole à un protestant ès-qualités, un juif ès-qualités, un musulman ès-qualités. Et les cathos ? Ceux qui composaient – sociologiquement – 90 % des manifestants n’ont eu que le droit de dissimuler leurs rameaux bénits, si par hasard le service d’ordre les apercevait à la boutonnière de quelques « va-t-à-la-messe » qui n’avaient pas eu le temps d’aller les reposer chez eux.

Récupération politique

Pour une manif non politisée, elle a quand même donné de très longs temps de parole aux élus UMP. Ceux qui ont, certes, combattu le projet mais qui réclament l’union civile. Tous ou presque. Ceux qui, à titre personnel ou à travers leur mouvement, ont préparé le terrain de la culture de mort et l’avènement de la destruction nucléaire des fondements même de la société. Ni Marion Le Pen, ni Bruno Gollnisch, ni Gilbert Collard, parqués avec les élus au pied du podium, n’ont eu la parole. On leur a préféré un trotskiste et un obscur radical de gauche, alibis improbables de la « droite » parlementaire présente en nombre. (...)

JEANNE SMITS (source : journal PRESENT)

 
Dès le 4 avril, tous devant le Sénat contre la loi Taubira
Écrit par CIVITAS   
25-03-2013

A partir du 4 avril, tous avec CIVITAS devant le Sénat

ninirosaire.png

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à manifester devant le Sénat à partir du 4 avril. C'est à partir de cette date que le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté.

Le mot d'ordre est : Ni ballons, ni flonflons - prière et sainte colère !

Le programme est le suivant :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.
 
 
 
Mettons fin aux subventions de SOS Homophobie
Écrit par CIVITAS   
13-03-2013

Faisons des économies, cessons de subventionner SOS Homophobie

euros2.jpegPour répondre au souci exprimé par l'UFAL et All Out, clubs du lobby laïco-homosexualiste, de bien utiliser l'argent du contribuable et de faire quelques économies, voici une première piste : supprimer les diverses subventions accordées à SOS Homophobie.
En décembre 2012, cette association a reçu 2.000 euros de subventions exceptionnelles pour son projet "Interventions dans les établissements parisiens" alors même que le mois précédent elle perdait l'agrément du ministère de l'Education nationale pour intervenir dans les collèges et lycées suite à une décision administrative du Tribunal de Paris.
La même association reçoit chaque année 10.000 euros de la Mairie de Paris.
Vous voulez que vos impôts cessent de subventionner SOS Homophobie ? Ecrivez au Maire de Paris, c'est tout simple et ne prend que deux minutes ici !
Mettons fin au système de perfusions financières accordées au lobby homosexuel !
Diffusez ce message sur vos sites, blogs et réseaux sociaux !
 
Réplique à l'UFAL, All Out et autres clubs du lobby laïco-homosexualiste
Écrit par CIVITAS   
13-03-2013

De l'argent du contribuable, de l'UFAL, d'All Out et des autres officines du lobby laïco-homosexualiste

subventions.jpegAu mois de novembre, une association de sectaires laïcistes appelée UFAL (Union des Familles Laïques) se mettait en tête de lancer une pétition destinée à mettre fin à la possibilité pour Civitas de délivrer à ses bienfaiteurs une attestation d'exonération partielle d'impôts. La priorité de l'UFAL : la traque au financement des associations de la résistance catholique. Pour l'occasion, l'UFAL a fait appel à toute la clique des "bouffeurs de curés" : gauche caviar et extrême gauche, frères trois points et lobby homosexuel, avorteurs et propagandistes de l'euthanasie,... Et en plus de quatre mois, cette triste bande a péniblement réussi à rassembler environ 9.000 signataires. Soit moins que, pour ne citer qu'un exemple, la pétition demandant d'interdire en France la milice antichrétienne Femen.
Du coup, une autre officine a pris le ralais. Cette fois, c'est All Out qui lance une pétition du même accabit. All Out est une nouvelle organisation internationale du lobby homosexuel (écrivez LGBT pour suivre la mode). Des petits dictateurs en herbe qui méritent bien le surnom de "khmers roses" et qui ont l'intention de museler toute opposition aux revendications de ce lobby homosexuel.
Bien évidemment, vous retrouvez derrière All Out quelques grosses fortunes soucieuses de propager la vision homosexualiste à travers la planète. Sur son site internet, All Out écrit : "Parmi nos fondateurs et au sein du Conseil, nous comptons quelques-uns des pionniers des communautés en ligne, comme le cofondateur d’Avaaz, l’un des plus grands mouvements en ligne au monde, comptant 10 millions de membres et travaillant dans 13 langues. Le créateur de GetUp.org, un phénomène politique australien internationalement reconnu, dénombrant plus de membres que tous les partis politiques du pays ensemble, fait également partie du Conseil."
All Out dispose d'ailleurs de budgets suffisants pour recruter des directeurs et directrices de campagnes pour les Etats-Unis, le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud, les Philippines et, bien sûr, toute l'Europe. L'offre d'emploi précise : "Plusieurs postes sont disponibles pour un salaire supérieur à ceux du marché, calculé selon l’expérience, ainsi que de nombreux avantages. Nous acceptons les candidatures venues des quatre coins du monde et encourageons en particulier les femmes et les personnes de couleur à se présenter."
Bref, vous l'aurez compris, derrière All Out s'agite une haute finance décidée à saper les repères moraux à l'échelon mondial.
C'est donc un honneur pour Civitas d'être la première cible de la section française de cette officine qui sent bon le terrorisme intellectuel et qui, avec ses gros budgets, entend assècher nos petits moyens.
Faisons quand même d'emblée remarquer qu'en matière d'utilisation de l'argent du contribuable, nous ne comptons que sur ce que des contribuables qui pensent comme nous veulent bien nous accorder, à la différence de quantité d'associations, et singulièrement parmi le lobby homosexuel, qui reçoivent par l'entremise de collectivités (de la mairie à l'Etat, en passant par les conseils régionaux et les conseils généraux) des sommes plantureuses provenant de la poche de contribuables qui ne partagent en rien les objectifs de ces associations subventionnées.
Et puisque l'UFAL et All Out se soucient de l'argent du contribuable, nous leur promettons un beau feuilleton durant les prochaines semaines. De façon régulière, nous publierons quelques exemples de ces subventions. Et nous ne manquerons pas, à notre tour, de signaler au gouvernement que s'il a besoin de faire quelques économies, il y a là des pistes toutes trouvées.
A suivre ici.
 
Ni ballons, ni flonflons : prières et sainte colère !
Écrit par CIVITAS   
11-03-2013

non au mariage gay,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,non au mariage homosexuel,frigide barjot,24 mars,manif pour tous,sénat,4 avril,civitas,alain escada

non au mariage gay,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,non au mariage homosexuel,frigide barjot,24 mars,manif pour tous,sénat,4 avril,civitas,alain escadaNi ballons, ni flonflons; prières et sainte colère !

 

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à se rassembler devant le Sénat à partir du jeudi 4 avril. Nous nous rassemblerons dès 19h à cette date où le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté. Avec détermination et persévérance, nous y reviendrons plusieurs jours de suite.

 

Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national dès 15h.

 
J'entends déjà certaines réactions. Cela signifie donc que vous ne participerez pas à la manifestation du 24 mars, m'interrogeront immédiatement quelques lecteurs. En effet, et malgré le fait que, de bonne foi, des amis s'y rendront. Et, de grâce, avant de conclure, prenez la peine de lire ce qui suit jusqu'au bout.
 
La stratégie rose bonbon est une fumisterie
Quand on prend la tête d'une bataille, il faut susciter l'enthousiasme mais il ne faut pas tromper la confiance de ceux qui vous suivent.
 
On nous disait précédemment, à propos de la saisine du CESE, que cela allait bloquer le projet de loi Taubira pendant un an ou deux. C'était faux. Et malgré l'exploit, il faut le reconnaître, de rassembler environ 700.000 signatures, il fallut bien se résoudre à entendre ce que les plus avisés savaient, à savoir que le CESE n'avait aucun pouvoir suspensif et qu'il dépendait directement de Matignon.
 
On nous dit maintenant, citant pour l'occasion François Mitterrand, que lorsqu'il y a un million de personnes dans la rue, c'est le gouvernement qui vacille. Mais les mêmes n'ont pourtant cessé de nous répéter qu'ils étaient plus d'un million le 13 janvier dernier sur le Champs de Mars... et rien n'a vacillé.
 
Souvenez-vous des journaux télévisés du soir du 13 janvier, de ces images grotesques de grands-parents gesticulant sur l'air du gangnam style, tube musical mondial d'une société peu exigeante. Et c'est ainsi que vous voulez faire trembler un gouvernement ?
 
Le Général Dary, dressant le bilan de cette manifestation "pour tous" du 13 janvier devant quelques journalistes, déclara que la collecte avait permis de rassembler environ 600.000 euros. Quant au Maire du Chesnay, s'adressant au micro d'une journaliste de Canal + au milieu de la salle municipale servant au dépouillement des formulaires de pétition destinés au CESE, il montra une caisse dans laquelle s'accumulaient les chèques. Selon lui, les dons récoltés tournaient entre 800.000 et un million d'euros ! Mais pour en faire quoi ? Pour payer la tribune de rock star sur laquelle est apparue Barjot le 13 janvier sous une pluie de paillettes, musique hoolywoodienne à l'appui ?
 
On nous parle de soulever le pays réel. En dansant et en agitant des drapeaux roses derrière des jeunes filles fagotées en Marianne ?
Ouvrez les yeux, il n'y aura pas de "printemps français" avec de telles méthodes, il n'y aura qu'illusions et bonne conscience à bon marché.
 
Sans chef, on navigue au gré du vent
Or, la "manif pour tous" a-t-elle un chef ? Barjot ? Celle qui se proclamait "attachée de presse de Jésus" et qui, éternelle adepte de l'équivoque, se réjouissait dans L'Express (11.02.2013) à l'idée que "Benoît XVI restera comme le pape qui a accepté la capote et accueilli l'homosexualité". Celle qui, en toutes circonstances, entretient la confusion avec un discours "gay friendly" ?
"Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes", nous avertissait Bossuet.
 
Occuper les Champs-Elysées le 24 mars ?
Est-ce une idée qui tient la route à partir du moment où elle est rendue publique quinze jours avant ? Voudrait-on faire interdire cette manifestation qu'on ne s'y prendrait pas autrement. En faisant naître de nouveaux collectifs comme Banlieues de France et en appelant ces banlieues à venir occuper les Champs-Elysées; en laissant d'autre part une multitude d'inconscients s'épancher longuement sur blogs, forums de discussion et réseaux sociaux à propos d'une version fantasmée d'un nouveau "6 février", vous pouvez avoir la certitude d'atteindre un objectif : allumer tous les voyants rouges du Ministère de l'Intérieur.
Alors, coup de bluff d'une opposition factice qui martèle aussitôt être "pacifiste", "légaliste et républicaine" ? Vous ne pensez tout de même pas que la droite molle et ses élus vont se dresser contre la gendarmerie pour occuper de force l'avenue qui incarne le commerce de luxe de la capitale ?
 
Propagande fourre-tout et grand écart
Avez-vous vu les nouvelles affichettes soixante-huitardes de la "manif pour tous" ? Et les nouveaux slogans ? Un vrai fourre-tout décliné autour de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, dans le plus pur esprit de laïcité républicaine ! Envisager de faire du 24 mars un rassemblement des mécontents n'est pas en soi absurde, mais il fallait alors en faire clairement un jour anti-Hollande. Et encore faudrait-il afficher le modèle qu'on veut y substituer. Car il y a une grande différence entre une démarche anarchiste et la démarche contre-révolutionnaire.
 
Assumer ce que nous sommes !
Relisez ce que le socialiste Jaurès écrivait dans son journal à l'issue d'un débat à la Chambre et au Sénat. Ce constat n'a, hélas, pas pris une ride. "Nos adversaires ont-ils opposés doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution, l'entière pensée catholique, de réclamer pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d'inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés, ils ont chicané sur des détails d'organisation. Ils n'ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l'âme de l'Eglise." 
CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à choisir la seule stratégie qui peut gagner, celle de la vérité assumée. 
 

Ni ballons, ni flonflons; prières et sainte colère !

 

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à se rassembler devant le Sénat à partir du jeudi 4 avril. Nous nous rassemblerons place Pierre Dux à partir de 19h à cette date où le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté. Avec détermination et persévérance, nous y reviendrons plusieurs jours de suite.

 

Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national dès 15h, place Paul Claudel.

 
Alain Escada,
président de CIVITAS
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Réservez également déjà vos places pour le Congrès de la France catholique qui se tiendra les 27 et 28 avril à Paris et qui abordera tous les problèmes qui intéressent l'organisation de la Cité et de la société familiale et professionnelle. Alors que notre société subit avec une violence croissante le choc des forces de la subversion, il est temps de nous organiser pour la suite. Résister, riposter, reconstruire, voilà ce que nous voulons, et nous le voulons de façon franchement catholique et sans compromission !
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 271 - 300 sur 561

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici