Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier.
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Affaire Charlie Hebdo - Alain Escada répond à Jean-Michel Ribes
Écrit par Civitas   
08-01-2015

Lu sur Médias Presse Info :

ribes-charlie-hebdo

Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point à Paris, a fait la tournée des médias, depuis hier, pour livrer ses impressions après l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo.

Avec un raccourci sidérant, Jean-Michel Ribes a osé comparer les auteurs de l'attentat aux "catholiques intégristes" et à Civitas.

Nous avons contacté Alain Escada, président de Civitas, pour connaître sa réaction.

***

MPI - M. Escada, avez-vous entendu les propos de Jean-Michel Ribes comparant les terroristes islamistes aux catholiques intégristes - en citant explicitement Civitas sur BFM - et qu'en pensez-vous ?

Alain Escada - Jean-Michel Ribes n'a aucune décence. Ses propos sont scandaleux et inqualifiables. Ce sont les propos d'un homme bouffi d'orgueil qui ramène tout à lui. Il vient pour rendre hommage à ses amis de Charlie Hebdo mais, en réalité, c'est de sa petite personne dont il parle. Dévoré par la vanité, il cherche une posture de héros. Ses amis sont morts sous les balles de terroristes. Alors, lui, pour exister, il doit prétendre avoir vécu des menaces. Le gros Ribes est, il faut le reconnaître, un bon comédien, et maîtrise à la perfection son rôle favori de victime des catholiques traditionnalistes. Depuis 2011, il ressort cette histoire sur tous les plateaux de télé et de radio. Jean-Michel Ribes, c'est un peu Tartarin de Tarascon. Plus le temps passe, plus il ajoute de détails des "périls" auxquels il aurait survécu. Et comme les journalistes sont ses copains, aucun ne relève l'invraisemblance de ses propos.

Pourtant, les mensonges sautent aux yeux. Ribes est grotesque quand il raconte sur le plateau de Canal + que les "cathos intégristes" chantaient "Pendez Ribes" devant son théâtre lorsqu'il avait mis à l'affiche "Golgota Picnic", spectacle blasphématoire de Rodrigo Garcia. Chaque jour où nous manifestions devant son théâtre, les médias venaient observer la scène. Vous ne trouverez nulle part trace de cette prétendue chansonnette.

D'autre part, vous devez savoir que si Jean-Michel Ribes est un homme de gauche, il est avant toute chose un caméléon opportuniste prêt à toutes les courbettes pour se faufiler dans les pas des hommes et femmes au pouvoir. Lorsque nous manifestions devant son théâtre, il avait donc obtenu, après les pleurnicheries dans lesquelles il excelle, un dispositif de sécurité plus important que celui prévu pour un match de foot OM-PSG. Autant vous dire que pas un manifestant n'aurait pu approcher de ce ridicule personnage.

MPI - Mais pour Ribes, intégriste musulman et intégriste catholique, c'est la même chose. Qu'en pensez-vous ?

AE - D'abord, je préciserais que le courage de Jean-Michel Ribes est inversement proportionnel à son orgueil et que s'il s'est risqué à programmer un spectacle blasphématoire anticatholique, vous ne le verrez pas de sitôt en faire autant à l'encontre de l'islam. Encore moins à l'encontre du judaïsme.

Les catholiques ont protesté, chahuté, ou prié devant son théâtre, ils n'ont jamais mis la moindre vie en danger. Toutes les élucubrations et gesticulations de Ribes ne changeront rien à cette réalité évidente.

En même temps que Ribes nous insulte, il insulte aussi les morts de Charlie Hebdo. La comparaison est affligeante et stupide. Mais elle n'est pas innocente puisqu'il s'agit d'enfumer l'opinion publique en laissant penser que tous les croyants sont dangereux et que seule la laïcité républicaine doit être défendue.

MPI - Le mot de la fin ?

AE - Ribes n'est qu'un pitoyable valet du système, viscéralement antichrétien et foncièrement égocentrique. Sa parole n'a aucune valeur. Il vendrait sa mère pour passer à la télévision.

***

Quelques moments délirants de Jean-Michel Ribes :

 
Les lois sur l'euthanasie qu'on veut imposer aux médecins
Écrit par Civitas   
06-01-2015
 
L'évolution selon les manuels de SVT
Écrit par Civitas   
06-01-2015
 
Philosophie Politique - La communication et la vie politique
Écrit par Civitas   
30-12-2014

Cette conférence de philosophie politique est filmée dans la cadre d’un cours donné par l’abbé Billecocq pour l’Institut Civitas.

Voici le plan de cette seconde vidéo de philosophie politique consacrée à la communication et à la redéfinition de la vie politique.

Aristote

Introduction : L'étymologie des mots

1ère partie: Aristote - Les faits de nature - La nature c'est la fin

2ème partie: Aristote - Les faits de nature - La nature ne fait rien en vain

Synthèse : La communication - La commune action

L'association de l'époux et de la femme sont les bases de la famille [...], l'association première de plusieurs familles [...] c'est le village [...], l'association de plusieurs villages forme un état complet.

Aristote - La Politique - Chapitre 1

Retrouvez la 1ère conférence de philosophie politique: Les transformations opérées par la révolution de 1789

 
Présent publie les vœux de Noël d'Alain Escada
Écrit par Civitas   
19-12-2014

journal-présent-titre.png

crèche de Noël.jpg

Que le journal Présent trouve aux pieds du sapin de Noël un lot d’abonnements suffisant pour contribuer à sa relance dynamique observée depuis quelques mois dans un véritable esprit de réinformation.
 
Que les crèches de Noël se multiplient, affichées, assumées, comme autant de témoignages de notre volonté d’accueillir l’Enfant Jésus. Que notre détermination fidèle à servir le Christ vienne balayer la méchanceté hargneuse des ayatollahs de la laïcité.
 
 
Que les Français profitent bien de ce temps de Noël, non pour succomber aux tentations consuméristes d’une société marchande et décadente, mais pour puiser les grâces nécessaires pour mener les bons combats.
 
Que les chrétiens d’Orient ne soient pas oubliés dans nos prières. Qu’à leurs souffrances et leur persécution ne vienne pas s’ajouter notre indifférence.
 
Que l’année 2015 confirme le réveil qui s’est manifesté depuis quelques années parmi les catholiques et les patriotes. Que cette nouvelle année apporte un pas supplémentaire dans la mise en place d’une véritable résistance au nouvel ordre mondial qui voudrait faire de chacun de nous des êtres déracinés, sans famille, sans patrie, sans Dieu.
 
Que, malgré les épreuves de la vie, chacun trouve la force et le courage pour mener à bien la mission que Dieu lui a confié.
 
Que France et Chrétienté se relèvent !
 
Voilà tous les vœux que je vous adresse en ce Noël 2014.
 
Alain Escada, 
président de Civitas
 
Veillée de Noël Civitas - Discours d'Alain Escada
Écrit par Civitas   
19-12-2014
 
Veillée de Noël Civitas - Discours de l'abbé Bouchacourt
Écrit par Civitas   
19-12-2014
 
Veillée de Noël aux abords de la Libre Pensée
Écrit par Civitas   
18-12-2014
 
17 décembre à 20h, tous à Paris pour défendre la crèche de Noël
Écrit par Civitas   
12-12-2014

17 décembre à 20h, tous à Paris

place de l'Estrapade (5e arrondissement)

pour défendre la crèche de Noël 

des attaques des ayatollahs de la laïcité

les_personnages_de_la_creche_de_noel.jpg

#TouchePasàMaCrèche

#crechesdenoel

 
Présent - Une crèche au Parlement européen - Le coup de Civitas !
Écrit par Civitas   
12-12-2014

creche_parlement_europeen_entretien_escada_present.jpg

SOURCE - Présent - 11 décembre 2014

Une crèche au Parlement européen - Le coup de Civitas! Entretien exclusif dans Présent du 11 décembre 2014
 
En pleine controverse française sur la présence de crèches dans les institutions publiques, le 9 décembre, Mgr Fellay, Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, inaugurait une crèche au sein du Parlement européen de Bruxelles. Une action menée à l'initiative de Civitas et avec l'appui du député européen Mario Borghezio.
Présent a interrogé Alain Escada, président de Civitas.
— Est-ce la première fois que vous installez cette crèche au sein du Parlement européen ?
 
 
— Non, cela fait plusieurs années que nous le faisons, avec l'aide du député Mario Borghezio. Mais auparavant cela se faisait, j'allais dire, dans l'indifférence. C'est le contexte particulier en France, mais pas uniquement, qui a fait que l'installation d'une crèche dans une institution publique soit vue comme quelque chose d'extraordinaire. Auparavant cela n'avait jamais provoqué le moindre soubresaut. La seule différence par rapport aux années précédentes est que, 2014 marquant le centenaire de la mort de saint Pie X, Mario Borghezio a proposé à l'un des évêques de la FSSPX de venir bénir cette crèche. Une invitation à laquelle a répondu Mgr Fellay.
 
C'est lors de la préparation de l'installation et de l'inauguration qu'ont éclaté toutes ces controverses en France. Et nous nous sommes dit que c'était providentiel. D'autant que la date qui nous a été donnée pour l'inauguration est le 9 décembre, fête de la laïcité !
 

— Quelles ont été les réactions autour de vous ?

 
— Majoritairement elles ont été très positives et favorables. Nous avons vu de nombreux fonctionnaires, ou assistants, venir admirer la crèche, prendre des photos, mais dans une démarche de sympathie. Certes, au moment où nous nous sommes rassemblés pour la bénédiction, certains se sont étonnés. Mais ceux qui avaient l'air le plus interloqués, parlaient français…
 
— Pourquoi est-il important d'installer une crèche là-bas, au coeur du Parlement européen ?
 
— C'est d'abord rappeler que Noël est la fête de la Nativité et pas cette fête consumériste qu'elle est devenue aujourd'hui. C'est indispensable, surtout lorsque l'on se souvient à quel point les débats ont été vifs lorsqu'il a été question des racines chrétiennes de l'Europe. Installer une crèche c'est rappeler que l'Europe est intrinsèquement liée à la chrétienté. C'est aussi rappeler que tout pouvoir vient de Dieu.
 
L'institution européenne est un lieu d'opulence, de débauche de moyens financiers. Installer une crèche en son sein c'est ramener l'homme à l'essentiel : Dieu. Et c'est particulièrement important en cette période de l'Avent. C'est aussi témoigner du fait que l'Enfant Jésus est appelé à régner sur les nations et que rien ne peut se faire sans Lui, tout comme l'équilibre du monde ne pourra pas se faire en dehors de Lui.
 

 

Propos recueillis par Anne Isabeth / anne.isabeth@present.fr /Présent du 12/12/2014
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 211 - 240 sur 798

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici