Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier (déductible de vos impôts).
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






La session d'été de CIVITAS s'est bien terminée à Unieux.
Écrit par CIVITAS   
30-07-2013

La session d'été de Civitas s'est bien terminée hier à Unieux.

Alain Escada a brillament attiré notre attention sur la gravité et l'urgence de la situation concernant l'objectif du gouvernement de vulgariser de manière obligatoire l'idéologie du genre notamment auprès des enfants dès le plus jeune âge dans les écoles.

Le docteur Dickès a également passionné le public avec un point de situation sur l'euthanasie et les défis bioéthiques qui vont rapidement se poser notamment au regard des lois récemment votées au sujet de l'enfant-à-naître.

Enfin, Monsieur l'abbé de Caqueray nous a fait l'honneur de sa présence et nous a encouragé à continuer le bon combat pour la défense du bon sens, de la Vie, de la Famille et donc finallement de l'ordre naturel et chrétien.

 

Le Dr Dickès a accepté de répondre à nos questions

 
La session d'été de CIVITAS continue à Unieux.
Écrit par CIVITAS   
27-07-2013

La journée a commencé par une conférence de monsieur l'abbé Beauvais sur les devoirs de l'Etat envers la Famille.

Le docteur Dickès nous a ensuite parlé de la procréation médicalement assistée (PMA) et de ces évolutions dramatiques qui iront jusqu'aux ultimes transgressions bioéthiques.

Cet après-midi le professeur Barbero aborde l'idéologie du genre d'un point de vue philosophique.

Les modalités linguistiques de l'idéologie du genre seront abordées par Mme Jean.


Monsieur l'abbé Beauvais a accepté de répondre à nos questions:

 
Le sénateur Hre B. Seillier et son épouse ancienne député au parlement européen à la session d'été C
Écrit par CIVITAS   
27-07-2013

Monsieur le sénateur Hre B. Seillier hier à la session d'été de CIVITAS

Madame Seillier ancienne député au parlement européen.

 
La session d'été de CIVITAS a débuté à Unieux
Écrit par CIVITAS   
26-07-2013

civitas, session d'été, printemps français,

Alain Escada a ouvert ce matin la session par un point alarmant sur l'actualité des attaques mondialisées contre la famille, l'ordre naturel et chrétien.

PMA, GPA, Euthanasie, idéologie du genre, islamisation... la liste est longue et gravissime.

Alain Escada nous a démontré, citations de Vincent Peillon à l'appui, que la haine de la famille est le corollaire de la haine de la religion.

Alain Escada répond à nos questions lors de cette première journée de session d'été.

Il nous explique que face au totalitarisme anti-chrétien et anti familial la résistance doit s'organiser.

 

Cet après-midi commence par une conférence de Vivien Hoch sur le plan de Vincent Peillon sur l'éducation nationale et sa volonté de détruire la famille.

L'idéologie de V. Peillon, ministre de l'éducation nationale, vise "la transformation socialiste et progressiste de toute la société" car " le socialisme doit incarner la révolution religieuse dans le temps" et pour cela on doit "arracher les enfants à leur famille par la scolarisation précoce" pour mieux leur enseigner le "catéchisme républicain".

Le "catéchisme républicain" est la "morale laïque" profondément anti-religieuse, ouverte à l'idéologie du genre...

"en italique": citations de Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale.

 
Filmer ou photographier les abus policiers? C'est votre droit!
Écrit par CIVITAS   
17-07-2013

 
Loi Taubira, PMA, GPA, gender, euthanasie, antichristianisme,... Venez apprendre à résister!
Écrit par CIVITAS   
17-07-2013

session d'été CIVITAS à Unieux (42) sur le thème "Les devoirs de l'Etat envers la Famille"

session d'été,devoirs de l'état envers la famille,civitas,alain escada,printemps français,théorie du genre,dénaturation du mariage

. Comment résister au plan subversif (dénaturation du mariage, promotion de la théorie du gender dès le plus jeune âge,...)

. Maîtriser les concepts, savoir argumenter, organiser la riposte

. conférences, travaux pratiques, préparations des campagnes de la rentrée

. mais aussi détente et camaraderie dans une ambiance catholique 

. Programme des conférences :

. - Parlementaires à la dérive; vers le naufrage du Parlement ? (Elus sous influence de lobbies, oeuvrant contre la Famille. Du dévoiement de la mission jusqu'à l'illégitimité de l'institution) - Sénateur hre Bernard Seillier

. - Les devoirs de l'Etat envers la Famille (rappel de ces devoirs à un moment précis où l'Etat choisit le chemin inverse et défigure la Famille) - Abbés Bruno Schaeffer et Xavier Beauvais

. - Les forces de la subversion sont aux commandes de l'Etat - Alain Escada

. - De la procréation médicalement assistée aux ultimes transgressions bioéthiques - Dr Jean-Pierre Dickès, président de l'ACIM

. - Lecture critique de Judith Butler, fondatrice de la théorie du gender : . les finalités idéologiques - Daniel-Robert Barbero, professeur de philosophie et . les modalités linguistiques - Mme Jean, linguiste

. - Vincent Peillon : une réforme de l'éducation nationale contre la Famille - Vivien Hoch, philosophe

. - Euthanasie : le grand projet mortifère - Dr Jean-Pierre Dickès

. - Bilan des abus d'autorité et dérives totalitaires d'un pouvoir socialiste - Maître Jérôme Triomphe

. - Appel aux catholiques à persévérer courageusement dans la défense de la Famille - Abbé Régis de Cacqueray

 

. Travaux pratiques dirigés par François-Xavier Peron, le Dr Jean-Pierre Dickès et Alain Escada

 

. Accueil le vendredi dès 9h. Première conférence à 10h30. Fin de la session le lundi à 18h.

Réservez dès à présent ces dates !

Session 2013
 
Venez apprendre à résister ! Session Civitas du 26 au 29 juillet
Écrit par Civitas   
17-07-2013

 
L'embryon considéré comme une marchandise par l'Assemblée nationale
Écrit par CIVITAS   
17-07-2013

Recherche sur l'embryon adoptée par une Assemblée nationale sous l'influence de forces occultes

forces occultes.jpegJournée noire pour la France :

"Le Parlement français a adopté hier une proposition de loi qui autorise sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, malgré la vive opposition de la droite et des associations religieuses.

La loi de 2011 prévoit une interdiction de la recherche sur les embryons mais assortie de dérogations accordées par l'Agence de biomédecine. La proposition de loi présentée par les radicaux de gauche prévoit de passer d'un régime "d'interdiction assorti de dérogations" à un régime "d'autorisation encadrée" de la recherche sur l'embryon". 

Autorisation de la recherche sur l'embryon: la primauté de la science et du marché sur l’humain

MmlpCommuniqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen :

"L’Assemblée nationale s’est prononcée aujourd’hui en faveur d’une proposition de loi radicale de gauche et soutenue par le Gouvernement concernant la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires. Ce texte majeur modifie la loi de 2004 en passant d’une interdiction de principe avec dérogation à une autorisation de principe assortie de conditions plus souples.

Le débat a eu lieu en catimini, en quelques heures à peine et à l’insu des Français. Non content de ne pas respecter la loi de 2011 prévoyant un débat public sous forme d’états généraux pour les réformes éthiques, la ministre a demandé l’application de la procédure de « réserve des votes » empêchant ainsi les députés d’amender la proposition afin d’accélérer le débat.

Par ce texte, l’humanité de l’embryon est niée par principe, l’humain en devenir sera réduit à l’état de matériau d’expérimentation au nom de la compétitivité scientifique. Et ce, alors même que l’utilisation des cellules souches adultes et du cordon ombilical sont à l’origine de la majeure partie des avancées scientifiques et qu’une solution alternative a été découverte par le chercheur japonais Yamanaka grâce aux cellules souches dites IPS.

De surcroit, le texte a supprimé une disposition de la loi de 2011 prévoyant que les alternatives aux recherches sur l’embryon humain et conformes à l’éthique doivent être favorisées.

Cette proposition est d’autant plus étonnante qu’une directive européenne de 2010 fixe comme objectif le remplacement total des procédures scientifiques appliquées aux animaux « sous forme embryonnaire ou fœtale » par des méthodes alternatives. Demain l’embryon humain vaudra moins que celui de la baleine…

On peut s’étonner de la détermination du Gouvernement quand de nombreux chercheurs, comme le professeur Ménasché, affirment que l’ancien régime ne les empêchait pas de mener à bien leur recherche mais faisait obstacle aux investissements privés dans ce secteur…

Pour toutes ces raisons, Marion Maréchal-Le Pen a voté contre ce texte et cosigné avec Jacques Bompard un amendement interdisant toute recherche sur l’embryon humain".

 
Police politique en dictature socialiste ? La grogne monte !
Écrit par CIVITAS   
15-07-2013

Lettre ouverte d'un commissaire de police

Mais que sont les commissaires de police devenus ?

La gestion des mouvements d'opposition au mariage homosexuel a fait voler en éclat le cadre habituel du maintien de l'ordre.

 Il fut un temps où l'on enseignait à l'école des commissaires de police le rôle particulier du commissaire lors des opérations de maintien de l'ordre. Nos professeurs insistaient sur la particularité de notre statut, autorité civile présente sur les lieux des manifestations à qui revenait à ce titre la décision d'employer la force ou les armes. Un maintien de l'ordre était réussi lorsque l'équilibre était trouvé entre la manifestation des opinions et le trouble à l'ordre public supportable. Et le commissaire tenait là une place éminente.

Mais aujourd'hui il y a substitution d'un maintien de l'ordre visant à l'équilibre par un maintien de l'ordre absolu et judiciaire avec contrôles d'identité massifs, interpellations, gardes à vue, poursuites...en employant des dispositions pénales quasi tombées en désuétude. Combien de manifestations étaient encore déclarées par les organisateurs hormis à Paris ? Combien de gardes à vue pour absence de déclaration de manifestation ou pour participation à un attroupement en dehors des violences urbaines ?

Il est évident alors que le commissaire de police dans une telle conception n'est plus une autorité civile veillant tout à la fois à préserver l'ordre public et les libertés individuelles. Il demeure dans cette nouvelle doctrine tout juste un commandant de la force publique chargé de mettre en œuvre une répression. Ce renversement ne peut s'expliquer que par l'existence de consignes ministérielles sauf à supposer que les commissaires de police, d'un même cœur et d'un même pas aient choisi de réprimer les opposants au mariage homosexuel en utilisant de surcroit les mêmes armes judiciaires.

Et c'est ainsi que le commissaire de police, autorité civile, a disparu. La répression idéologique de la manif pour tous est donc parvenue à accomplir ce que les préfets, les sous préfets, les commandants d'unités mobiles, les magistrats n'avaient pas obtenu : faire des commissaires de police de simples maillons d'une chaine hiérarchique dépourvus de leur pouvoir d'appréciation. Cela au mépris de notre histoire, du code pénal et sans doute aussi de la démocratie.

Et si l'anecdote est vraie, alors le baiser de la mort nous aura été donné par le préfet Carenco qui au sein même de l'école de commissaire de police à Saint Cyr au Mont d'Or se permit de menacer un prêtre, notre invité, tout cela pour délit d'opinion avec jugement d'expulsion immédiat.

Le symbole est fort et il exprime bien ce que nous sommes devenus : des pions !

La suite de l'histoire est écrite puisque l'on ne veut plus de commissaire de police, rien ne s'oppose à ce qu'il rejoigne le corps des officiers de police, avant que d'envisager de tout mélanger dans un brouet nouveau mêlant policier et gendarmes.

Nous pourrons alors demander au curé de Saint Cyr au Mont d'Or, une messe de requiem pour feu le commissaire de police. Messieurs Valls et Carenco pourront sonner le glas.

 Philippe Pommier

commissaire divisionnaire (en disponibilité pour convenances personnelles)

3juil-bougie-crs.JPG

 
Idéologie du genre : la volonté de rendre l'hétérosexualité anormale
Écrit par CIVITAS   
11-07-2013

Une politique pour un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale ?

danger.jpgEn cette période estivale, je voudrais obtenir quelques minutes de votre attention pour insister sur la gravité du plan révolutionnaire prévu pour la rentrée dans la suite logique de la loi Taubira. De la procréation médicalement assistée à l'euthanasie en passant par la gestation pour autrui, de l'idéologie du genre à la réforme subversive de l'éducation nationale, la rentrée sera semée de pièges redoutables. Je me contenterai de mettre à votre disposition quelques citations éloquentes pour mesurer l'ampleur des dangers.
Idéologie du genre : penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale
"Ce qui est cause, c'est l'hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale."
Eric Fassin, sociologue, promoteur de la théorie du genre en France, professeur à l'Ecole Normale Supérieure
Une politique des "anormaux"
LGBT, c'est dépassé ! Place au LGBTQI (pour LesBiGayTransQueerIntersexes). Beatriz Preciado, auteur de Multitudes queer : notes pour une politique des "anormaux", explique que "la priorité du mouvement queer" est de "défaire les identités" en promouvant une "politique des multitudes", des "anormaux", de tout ce qui est considéré comme sexuellement déviant. Il s'agit de créer l'union de toutes les différences "monstrueuses", de tous les "sujets abjects" pour détruire "l'hétéronormativité".
Un Etat totalitaire qui s'empare des enfants
"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l'Etat."
Laurence Rossignol, sénatrice PS, 5 avril 2013, en direct sur France 2, émission Ce soir ou jamais
"Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s'émanciper... Il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel"
(Vincent Peillon, Le Figaro, 2/9/2012)
La religion et la morale laïques exigent donc, pour lutter contre les déterminismes, de "changer les mentalités (...) notamment par le biais d'une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles"
(Vincent Peillon, Lettre du 4 janvier 2013 aux recteurs)
Une haine de la Famille qui a pour corollaire la haine de Dieu
"Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l'Eglise".
(Vincent Peillon, Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil, 2010)
"Il faut donc à la fois déraciner l'empreinte catholique qui ne s'accomode pas de la République et trouver, en dehors des formes religieuses traditionnelles, une religion de substitution qui arrive à inscrire jusque dans les moeurs, les coeurs, la chair, les valeurs et l'esprit républicain sans lesquels les institutions républicaines sont des corps sans âme qui se préparent à tous les dévoiements"
(Vincent Peillon, ibid, p. 34)
"La laïcité française, son ancrage premier dans l'école, est l'effet d'un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l'école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la république"
(Vincent Peillon, ibid, p. 48)
Une seule question : allez-vous laisser faire ? Si votre réponse est NON, encore faut-il savoir comment riposter efficacement. Cela demande de s'informer, de connaître le contenu, l'histoire, l'origine et les finalités de ces idéologies et d'apprendre à argumenter pour démonter ces folies. C'est pourquoi la session d'été organisée par CIVITAS à Unieux du 26 au 29 juillet mérite votre participation ! Inscrivez-vous sans tarder. Toutes les informations sont ici.
Alain Escada,
président de CIVITAS

 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 181 - 210 sur 572

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici