Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier (déductible de vos impôts).
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Marche contre l'antichristianisme : Alain Escada répond à PRESENT
Écrit par CIVITAS   
18-10-2013

Marche contre l'antichristianisme : entretien avec Alain Escada pour le journal PRESENT

marche-20oct.png

©7960 P1 jeudi 16 octobre 2013

Dimanche 20 octobre à Paris

Marche contre l’antichristianisme

Organisée par l’institut Civitas, forte du soutien de nombreuses associations, une manifestation aura lieu dimanche à Paris pour protester contre l’antichristianisme de plus en plus ouvert des pouvoirs publics et de ceux qui les soutiennent idéologiquement et financièrement. Après la grande mobilisation contre le « mariage pour tous », voici que nous allons au fond des choses et à la source de ce vent de haine destructeur et nihiliste qui souffle contre toute forme d’ordre naturel.

Parmi les associations qui appellent à soutenir cette marche et à la rejoindre, dimanche à 14 h 30 devant la brasserie Prunier, 16 avenue Victor Hugo, Paris 16e : Chrétienté-Solidarité, l’Observatoire de la christianophobie, Nouvelles de France, l’Association Catholique des Médecins et Infirmières, Riposte Catholique, Renaissance Catholique, Laissez-les-vivre, Itinerarium… Présent sera bien sûr présent.

Mais les soutiens dépassent le cadre de ces « proches », comme nous l’a expliqué Alain Escada, président de Civitas que j’ai interrogé dimanche aux Journées de la Tradition à Villepreux. C’est aussi un signe d’espoir que ces barrières qui tombent ? – J.-S.

Dimanche prochain, 20 octobre, vous faites une grande marche contre la « christianophobie », comme on dit maintenant : mais vous l’appelez autrement ?

— En effet. J’ai choisi le terme « antichristianisme » parce qu’il est, me semble-t-il, plus précis, plus sémantiquement adapté, mais bien sûr on se comprend – d’ailleurs l’Observatoire de la christianophobie est un soutien officiel et très actif de cette Marche contre l’antichristianisme…

—… Déclenchée à la suite de l’affaire Pierre Bergé.

— En effet, c’est à la suite de la surenchère de Pierre Bergé aux premières déclarations de Dounia Bouzar, à peine nommée à l’Observatoire de la laïcité à la demande de Jean-Marc Ayrault, proposant de remplacer deux fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd-el-Kébir. Pierre Bergé, sur les antennes de RTL, déclarait vouloir la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes, et nous avons considéré que ce n’était pas un hasard. C’était le signal d’une espèce de grande offensive hargneuse contre le christianisme, dans un contexte général antifamilial et antichrétien très particulier. On sait bien que Pierre Bergé est un ami personnel de Vincent Peillon, que Vincent Peillon a écrit sa volonté d’éradiquer le christianisme ; on sait bien l’investissement de Pierre Bergé dans les lois antifamiliales et dans le lobby homosexuel. Pour moi, tout cela se rejoint de façon réfléchie. Ce n’est pas simplement le hasard qui amène les mêmes personnes à être systématiquement les acteurs de toutes les mauvaises causes : je pense qu’il y a vraiment quelque chose de très méthodique, de très habile. Il est temps de reprendre l’initiative, de prendre l’offensive. S’ils ont l’impression qu’ils ont devant eux une espèce de tapis rouge, qu’il n’y a plus de force de résistance, ce ne sera qu’un signal de plus pour accélérer le mouvement.

— Vous avez déjà partiellement répondu à la question que je vais vous poser, mais je voudrais approfondir. Certains diront que vous donnez trop d’importance à Pierre Bergé, personnage très secondaire.

— Je pense que si l’on veut obtenir quelques victoires, on ne peut pas se priver d’avoir une vision juste de l’ennemi. On ne peut pas désincarner l’adversaire qu’on a en face de soi. N’importe quel stratège ou militaire aurait cette réflexion tout naturellement. On dit que Montgomery, lorsqu’il a mené la campagne d’Afrique durant la Deuxième Guerre mondiale, avait en permanence devant lui un portrait du maréchal Rommel, parce qu’il voulait vraiment le connaître au mieux et penser systématiquement à la façon dont son adversaire allait réagir.

De notre côté, nous ne pouvons pas manquer de bien savoir quels sont les réseaux constitués en face de nous, comment ils se financent, comment ils pensent, comment, méthodiquement, ils planifient leurs offensives. Si les choses s’organisent à la fois à l’ONU, à l’UNESCO, au Parlement européen et dans chaque Parlement national de l’Union européenne, mais aussi en Amérique, que ce soit l’Amérique latine ou celle du Nord, en Asie et en Afrique, c’est parce que c’est concerté. On peut dire cela sans tomber dans la caricature complotiste. Et donc, à l’échelon strictement français, je pense que Pierre Bergé est vraiment une pierre angulaire de la concertation de tous les ennemis de l’Eglise et de la famille et que ce n’est pas inutile, loin de là, de le stigmatiser, de le mettre dans une situation d’inconfort.

C’est un homme d’affaires, un homme de presse ; il me semble indispensable d’une part que nous informions correctement le maximum de Français de tous les domaines dans lesquels il est un meneur, comme Le Monde, Le Monde des religions, Le Monde diplomatique. C’est un homme de presse mais c’est aussi un des financiers du parti socialiste ; fondateur de la revue homosexuelle Têtu ; il a été un actionnaire de Pink TV… Il est vraiment un acteur très important de toutes ces mauvaises causes. Il est important que les gens en aient conscience, et qu’ils sachent que tout cela est construit, monté de façon habile.

Il est aussi nécessaire, de temps en temps, de toucher nos adversaires là où ils sont sensibles. Ainsi, puisque Pierre Bergé est le propriétaire de la brasserie Prunier, ce n’est pas inutile de se donner rendez-vous précisément là, même si nous savons qu’il est l’une des 500 premières fortunes de France, et que ce n’est pas le fait de le priver de la recette d’un jour chez Prunier qui va le mettre en difficulté. Mais si tous les jours, à la suite de cette Marche du 20 octobre, des Veilleurs, des Sentinelles se mettaient à se rassembler devant Prunier, ou la Fondation Pierre Bergé, devant les salles de ventes de Pierre Bergé, devant le journal Le Monde, devant quantité de cibles qui peuvent facilement être identifiées, eh bien ! je pense que cela le mettrait dans une situation très inconfortable.

Il faut que l’inconfort que nous connaissons, nous le renvoyions chez l’adversaire. Pour l’instant, ce sont eux qui nous harcèlent par leurs mauvaises lois. Il est temps que nous montrions, par la détermination et la persévérance, que nous ne lâchons pas nos adversaires. Que nous sommes en mesure de les poursuivre de notre reproche permanent.

— Vous avez reçu de nombreuses adhésions et relais pour votre Marche, qui est essentiellement celle de Civitas mais qui a recueilli beaucoup d’approbation, une approbation qui va plus loin que d’habitude.

— Absolument. Je dirai que nous sommes en cette occasion sortis de nos relais habituels. La manifestation est organisée par Civitas mais elle est soutenue par un grand nombre d’organisations et de réseaux : et d’abord les Sentinelles, ce qui était les « Veilleurs debout », la plupart des cadres du Printemps français. Là où nous avons été le plus heureusement surpris, c’est en recevant le soutien de Samuel Lafont de la Manif pour tous. C’est la plus grande preuve qu’aujourd’hui beaucoup de gens prennent conscience de la gravité de la situation et comprennent qu’on ne peut plus continuer la politique des exclusions. Et que le politiquement correct, qui nous a si souvent privés d’un discours authentique, n’a apporté aucun résultat.

Aujourd’hui, beaucoup de gens avaient envie d’une réaction par rapport à l’actualité récente. Il se fait que c’est Civitas qui a pris l’initiative : cela n’empêche plus que l’unité se crée autour d’un tel événement.

Propos recueillis par Jeanne Smits

• www.civitas-institut.com, tél. : 01 34 11 16 94. Une page Facebook est dédiée à la « Marche contre l’antichristianisme ».

 
Le 20 octobre, le chrétien doit être un militant
Écrit par CIVITAS   
16-10-2013

marche-20oct.png

 Souvenons-nous de cette « loi imposée au chrétien d’être un militant » ! Tous à Paris ce dimanche 20 octobre pour la Marche contre l'antichristianisme et la politique antifamiliale

Par Alain Escada, président de CIVITAS

L'été 2013 fut étrange. Simple pause entre deux batailles. Légère accalmie durant laquelle chaque camp a cherché à fourbir ses armes en vue d’une rentrée à nouveau marquée par la lutte. Attente d’un nouvel affrontement entre défenseurs de la Famille et promoteurs du chaos. Bien sûr, ministres, députés et sénateurs en ont profité pour faire avancer en catimini leurs projets insensés. Ils ont voté la recherche sur l’embryon. Ils ont progressé dans leurs manigances en faveur de la procréation médicalement assistée. Ils ont comploté l’expérimentation de la théorie du genre dans 500 écoles dès la rentrée de septembre.  Et de retour dans les assemblées et les ministères, ils vont mettre les bouchées doubles pour s’assurer qu’une convergence de fléaux s’abatte sur la France.

« Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France », déclarait récemment Pierre Bergé sur les antennes de RTL France, dans l’émission « On refait le monde ». Des propos inadmissibles survenant quelques jours après la provocation de Dounia Bouzar qui, à peine nommée à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre, revendiquait la suppression de deux fêtes chrétiennes parmi les jours fériés reconnus par l’Etat et leur remplacement par Yom Kippour et l’Aïd. Ajoutez à cela les propos récurrents du ministre Vincent Peillon voulant « éradiquer » le christianisme en France et vous avez quelques indices d’une volonté manifeste de mener une nouvelle offensive antichrétienne avec le concours des plus hautes autorités de l’Etat et des puissances d’argent.

Pour bien comprendre ce qui se déroule sous nos yeux, il faut absolument prendre conscience que la haine de la Famille qui se manifeste a pour corollaire la haine du christianisme. Il y a là une collusion de forces disparates : socialo-communistes révolutionnaires, libéraux libertaires, financiers apatrides, mondialistes cosmopolites, loges maçonniques, fondamentalistes laïques, gourous du New Age, mouvements féministes, organisations LGBT, pornocrates et pervers polymorphes,… Tous ont pour ambition commune l’établissement d’un monde sans Dieu. Devant l’alliance de tant de puissances institutionnelles, politiques et financières, que faire ?

La réaction des catholiques de France – ainsi que de toutes celles et ceux qui, ayant perdu la pratique de la Foi, n’en reconnaissent pas moins les bienfaits de la civilisation chrétienne – doit être sans appel et immédiate. Il faut stopper net cette surenchère destinée à accentuer la déchristianisation de la France.

Que le changement de saison soit l’occasion de faire souffler un vent d’automne catholique ! Assez de mollesse, assez de tiédeur, assez de « politiquement correct », assez d’enfouissement de notre Foi au nom de stratégies consensuelles qui n’ont jamais apporté aucune victoire !

Léon XIII nous rappelle la nécessité de lutter pour la vérité : « Il y en a qui ne voudraient pas qu’on s’opposât ouvertement au triomphe de l’injustice toute-puissante, crainte d’exaspérer la colère des adversaires. Ces gens-là sont-ils pour l’Eglise ou contre elle ? On ne saurait le dire. Rien n’est plus impropre à faire reculer le mal. Nous avons, en effet, des ennemis dont le dessein (et ils ne s’en cachent pas, mais s’en vantent tout haut) est d’anéantir s’ils le peuvent, la vraie religion, la religion catholique ; et pour y arriver il n’est rien qu’ils n’osent ; ils savent bien, en effet, qu’en intimidant le courage des bons, ils se facilitent leur besogne. Aussi, est-ce faire leur jeu, bien loin de les arrêter, que de s’engouer de cette prudence de la chair qui veut ignorer la loi imposée au chrétien d’être un militant    Céder ou se taire, quand s’élève de toute part une telle clameur contre la vérité, est ou bien lâcheté ou bien hésitation dans la foi ; c’est dans les deux cas se déshonorer et faire injure à Dieu ; c’est compromettre son salut et celui des autres, c’est travailler pour les seuls ennemis de la foi, car rien n’encourage l’audace des mauvais comme la faiblesse des bons… Au surplus les chrétiens sont nés pour la lutte… »                                                                                       

« Le devoir de tous les Catholiques, écrit par ailleurs Saint Pie X, devoir qu’il faut remplir religieusement et inviolablement dans toutes les circonstances, tant de la vie privée que de la vie sociale et publique, est de garder fermement et de professer sans timidité les principes de la Vérité chrétienne enseignés par le Magistère de l’Eglise Catholique ». Et de rappeler que « c’est approuver l’erreur que de ne pas y résister, c’est étouffer la vérité que de ne pas la défendre ».

Cet appel s'adresse à toutes les forces de résistance qui ont émergé au cours des douze derniers mois et à cette génération qui a su faire preuve d'inventivité et de courage pour faire face aux destructeurs de la Famille. Retrouvons-nous ensemble ce dimanche 20 octobre pour une Marche contre l'antichristianisme et la politique antifamiliale. Le rendez-vou est fixé à 14h30 devant la Brasserie Prunier située au 16 avenue Victor Hugo dans le 16e arrondissement de Paris. Souvenons-nous de cette "loi imposée au chrétien d'être un militant" !

Marche contre l'antichristianisme et la politique anti-familiale organisée par Civitas avec le soutien de l’Observatoire de la christianophobie, Nouvelles de France, l’Association Catholique des Médecins et Infirmières, Chrétienté-Solidarité, Riposte Catholique, Rivage, Renaissance Catholique, Laissez-les-vivre, Itinerarium, SOS Tout-Petits, l'Association Catholique du Val-d'Oise, le Cercle Saint Louis de Boulogne sur Mer, Vérité pour la Vendée, Una Voce, le Comité d'Action pour le Respect de l'Etat de Droit,…
Si vous êtes sur Facebook, rejoignez notre page événement Facebook !
 
Interview d'Alain Escada sur Médias Presse Info
Écrit par CIVITAS   
15-10-2013

Alain Escada répond aux questions de Médias-Presse.Info

Gender couv livre ae.JPGLe site Médias-Presse.Info publie un entretien avec Alain Escada. 

Médias-Presse.Info vous propose un entretien exclusif avec Alain Escada, président de Civitas, à propos de l’ouvrage qu’il vient d’écrire et qui s’intitule « Théorie du genre – L’idéologie qui voulait détruire la Création et libérer toutes les perversions humaines ». Un ouvrage vendu au prix modique de six euros afin d’en faciliter la plus large diffusion. Mais intéressons-nous à son contenu !

MPI : Tout d’abord, votre ouvrage est-il un énième essai consacré à la théorie du genre dont la lecture semble réservée à des spécialistes ?

Alain Escada : C’est tout le contraire. J’ai tenu, sans tomber dans les simplismes, à privilégier une formule pédagogique et concise, mettant à la portée de tout lecteur, et notamment des parents, l’essentiel de ce qu’il faut savoir à propos de cette idéologie, de ses concepteurs et de leurs complices.

Une des forces de notre adversaire réside précisément dans le fait qu’il entretient de la théorie du genre une image extrêmement complexe et ne l’aborde qu’avec un vocabulaire hermétique qui semble en réserver la critique à des initiés.

La première étape de ma tentative d’alarmer nos contemporains consiste à leur parler vrai. Des idéologues prétendent que l’anatomie ,la biologie, tout cela ne compterait pour rien et que c’est avant tout dans la tête que l’on construit son choix d’être un homme, une femme ou un transgenre et que, puisqu’il s’agirait d’une simple construction mentale, on pourrait très bien décider d’être un homme les jours pairs et une femme les jours impairs. Une telle idéologie ne mérite pas d’être considérée comme autre chose que de la folie. Et pas une folie douce mais une folie gravement destructrice.

MPI : Vous présentez votre ouvrage comme un « réquisitoire » contre la théorie du genre. Pouvez-nous préciser le sens de votre démarche ?

Alain Escada : En effet, il s’agit d’un réquisitoire parce que la théorie du genre est, il faut le dire, criminelle, et qu’il faut mettre en accusation les auteurs et les complices de ce crime qui se développe à l’échelle planétaire. Qui plus est, il ne s’agit pas de n’importe quel type de crime. On peut bien parler ici de crime contre l’humanité tant la théorie du genre a pour finalité de détruire la Création et l’essence même de la nature humaine et compte pour cela libérer toutes les perversions humaines.

Cet ouvrage démontre, références et citations à l’appui, comment les différents idéologues du genre s’accordent pour préparer les esprits à normaliser tous les comportements y compris les plus « monstrueux » selon leurs propres termes. C’est une entreprise de subversion et ils en conviennent volontiers. Et cette subversion doit être sans limite aucune. Il suffit de lire attentivement les écrits de ces idéologues pour découvrir que l’inceste, la pédophilie, la zoophilie ou le viol doivent à terme devenir des options parmi d’autres. Contrairement aux politiciens qui cherchent à imposer cette théorie du genre en en cachant les véritables finalités, les idéologues du genre ont avec une franchise cynique décrit les aboutissements logiques de leur entreprise subversive.

MPI : Si tout cela relève d’une telle gravité, comment se fait-il que cette théorie du genre soit déjà si avancée sans que nos populations n’en soient informées ?

Alain Escada : Il faut être conscient que des organisations internationales comme l’ONU, l’UNESCO ou le parlement européen participent depuis des années à l’élaboration d’un plan méthodique pour imposer la théorie du genre. Des stratèges et des tacticiens ont été mis au service de ce plan diabolique. Avec une habileté machiavélique et une grande connaissance de la psychologie humaine et des techniques de manipulation des opinions et des foules, ils ont su introduire la théorie du genre sous l’apparence d’avancées en termes d’égalité et de liberté. On ne dira jamais assez à quel point il faut se méfier des pièges sémantiques tendus par l’adversaire. Celui lié à « l’homophobie » a complètement miné le combat contre la loi Taubira à partir du moment où un grand nombre de défenseurs de la Famille sont tombés dans le piège de reprendre le vocabulaire conçu par l’adversaire. Les concepts d’égalité et de liberté sont également dévoyés dans notre monde moderne et serviront à faire gober la théorie du genre à des concitoyens matraqués quotidiennement par un discours de pensée unique.

MPI : Ce sombre tableau ne rend-il pas la lecture de votre ouvrage trop démoralisante ?

Alain Escada : D’abord, je ne crois pas que l’on soit en droit d’adopter un comportement d’autruche et de se plonger la tête dans le sable pour éviter de voir la gravité de la situation. Si nous voulons nous opposer la théorie du genre, il faut la connaître et cet ouvrage offre des munitions utiles pour résister et combattre cette idéologie destructrice. Enfin, cet ouvrage se termine sur une note d’un « optimisme réaliste » à condition de choisir résolument de combattre dorénavant sur base de principes clairs et intangibles et non dans la recherche d’un consensualisme béat.

marche-20oct.pngMPI : Nous ne pouvons pas terminer cet entretien sans aborder la marche que vous organisez dimanche prochain. N’est-ce pas une faute tactique de l’intituler à la fois « marche contre l’antichristianisme et contre la politique antifamiliale » ?

Alain Escada : Au contraire, il faut répéter encore et encore que la haine de la famille a pour corollaire la haine de Dieu. D’ailleurs, il n’est guère difficile de remarquer à quel point des acteurs aussi divers que Pierre Bergé, Vincent Peillon, Caroline Fourest ou les Femen, pour ne citer qu’eux, participent à la fois à ce climat de haine antichrétienne et de haine antifamiliale. Il faut s’en rendre compte pour aborder le combat dans sa vraie dimension.

MPI : Terminons en souhaitant un plein succès à cette Marche dont le rassemblement est fixé ce dimanche 20 octobre à 14h30 devant la Brasserie Prunier située au 16 de l’avenue Victor Hugo dans le 16e arrondissement de Paris.

 
Jean-Louis Chaton, ancien membre du CESE, soutient la marche contre l'antichristianisme
Écrit par CIVITAS   
14-10-2013

marche-20oct.png

M. Jean-Louis Chaton, ancien président de la Chambre Nationale des Professions Libérales (CNPL),ancien membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et président du Comité d’Action pour le respect de l’état de Droit (CARED) communique son soutien à la Marche contre l’antichristianisme et la politique anti-familiale du 20 octobre.

 
Chrétienté Solidarité soutient la Marche contre l'antichristianisme du 20 octobre
Écrit par CIVITAS   
10-10-2013

Chrétienté-Solidarité communique:

Aperçu

Dans l’esprit de l’Amitié Française et d’un véritable œcuménisme catholique de terrain face à la haine contre l’identité chrétienne de la France, j’approuve l’initiative du mouvement Civitas d’organiser, après les provocations du fanatique nihiliste Pierre Bergé, une « Grande marche contre l’antichristianisme et la politique antifamiliale » le dimanche 20 octobre 2013.
J’invite de tout cœur tous mes amis de la région parisienne à y participer et souhaite plein succès à cette manifestation :
Rendez-vous devant la brasserie de Pierre Bergé « Prunier », 16 avenue Victor Hugo Paris 16ème à 14h30.
Bernard Antony, président. 

 

 
Tous à Paris le 20 octobre contre l'antichristianisme et la politique anti-familiale !
Écrit par CIVITAS   
09-10-2013

Le 20 octobre, vous serez tous à la Marche contre l'antichristianisme et la politique anti-familiale

marche20oct-2013.jpg

Avec le soutien de l’Observatoire de la christianophobie, Nouvelles de France, l’Association Catholique des Médecins et Infirmières, Riposte Catholique, Renaissance Catholique, Laissez-les-vivre, Itinerarium…
Rejoignez notre page événement Facebook !
 
Marchons ensemble le 20 octobre !
Écrit par CIVITAS   
05-10-2013

 

A l'occasion de la conférence de presse qu'il a donnée le samedi 5 octobre à Paris, Alain Escada appelle tous les résistants à la loi Taubira, aux nouvelles lois anti-familiales et anti-chrétiennes, à venir manifester le 20 octobre à 14h30, depuis la brasserie Prunier, avenue Victor Hugo à Paris, propriété de Pierre Bergé, si souvent financier de toutes les mauvaises causes.

A l'occasion de cette marche militante, venez dire stop à l'antichristianisme qui déferle en ce moment en France et venez témoigner que vis à vis de la politique antifamiliale nous persévérons dans la résistance.

 
20 octobre : Tous à la Marche contre l'antichristianisme et la politique antifamiliale
Écrit par CIVITAS   
05-10-2013

Dimanche 20 octobre 2013

Marche

Contre l’antichristianisme

Et contre la politique antifamiliale

-

14h30 à Paris

Devant la brasserie Prunier, 16 Av Victor Hugo, Paris  16ieme

(metro : Victor Hugo ou Etoile)

-

Volonté de supprimer les fêtes chrétiennes – recrudescence des profanations et provocations antichrétiennes – dénaturation du mariage - PMA – GPA – théorie du genre,…

Ça suffit !

 
Pourquoi une Marche contre l'antichristianisme et la politique antifamiliale le 20 octobre prochain?
Écrit par CIVITAS   
05-10-2013

francechrétienne.jpeg

 

Pourquoi ?

 

A peine nommée à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre, Mme Dounia Bouzar revendique le remplacement de deux fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd parmi les jours fériés reconnus par l’Etat. Pierre Bergé, le financier de toutes les mauvaises causes, surenchérit à la radio en proposant la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France. Le ministre Vincent Peillon a écrit vouloir « éradiquer » le christianisme et y substituer la laïcité comme nouvelle religion universelle ! A la suite d’une action illégale menée par des supermarchés, le gouvernement réfléchit au travail dominical pour tous… A Nancy, un spectacle de rue a servi de prétexte à des démonstrations d’antichristianisme et d’exhibitionnisme par des « acteurs » installés derrière les vitrines de commerçants. Les profanations d’églises, de chapelles et de cimetières chrétiens sont en pleine recrudescence. Des violences antichrétiennes sont commises en toute impunité dans des lieux de culte par des mouvements extrémistes comme les Femen, Act-Up, etc.

Cela suffit !

En parallèle de ce développement intolérable de l’antichristianisme dans notre pays, les mesures antifamiliales se multiplient. Après la dénaturation du mariage et de la parenté, c’est la théorie du genre qui déferle. 500 écoles servent déjà de lieux « d’expérimentation » depuis le début de cette rentrée scolaire ! La procréation médicamentalement assistée et la gestation pour autrui sont sur la liste d’attente d’une politique antifamiliale…

Cela suffit !

 
Réservez déjà le dimanche 20 octobre !
Écrit par CIVITAS   
01-10-2013

Dimanche 20 octobre 2013

Marche

Contre l’antichristianisme

Et la politique antifamiliale

-

14h30 à Paris

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 151 - 180 sur 571

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici