Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier (déductible de vos impôts).
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Education sexuelle et totalitarisme antireligieux
Écrit par CIVITAS   
06-09-2013

Allemagne - Quatre enfants viennent d'être saisis à leurs parents qui refusaient l'éducation sexuelle de l'école publique

famillec'estsacré.jpegDarmstadt (Allemagne) –  Quatre enfants d'une famille chrétienne vivant près de Darmstadt ont été retirés de force à leurs parents par la police et leur garde a été confiée à l'État. Les parents, Dirk et Petra Wunderlich refusaient d'envoyer leurs quatre enfants, âgés de huit à quatorze ans, à l'école publique - considérant notamment qu'ils ne pouvaient admettre que leurs enfants soient forcés de suivre des cours d'éducation sexuelle dont ils contestent le contenu - et avaient choisi de pratiquer l'enseignement à domicile. Le 29 août, un huissier de justice, accompagné de représentants du service de protection de la jeunesse et d'un procureur, ainsi que de policiers, ont fait irruption dans la maison de la famille et ont séparé les enfants de leurs parents.  Les enfants, tous mineurs, ont été placés dans un établissement de la protection de la jeunesse. Le représentant de la Justice a déclaré que cette saisie d'enfants avait été décidée au nom de la loi relative à l'enseignement obligatoire qui n'inclut pas seulement l'éducation, mais aussi l'interaction sociale et l'ouverture à différentes opinions. La décision judiciaire de placement des enfants dans un établissement pour mineurs a été prise par le tribunal régional de Francfort. 

C'est à l'automne 2012 qu'une procédure en justice avait été entamée contre les parents afin de leur retirer partiellement la garde de leurs enfants. MaisDirk et Petra Wunderlich avaient toujours continué à refuser l'injonction d'envoyer leurs enfants à l'école publique.  Impossible de savoir aujourd'hui si les parents pourront récupérer leurs enfants. Les parents seraient en négociation avec les autorités. 

Leur avocat rappelle que le bien-être de l'enfant n'était pas mis en danger

L'avocat Andreas Vogt, qui représente les parents, estime la procédure totalement disproportionnée. Le bien-être de l'enfant, qui justifierait une telle mesure, n'a jamais été mis en danger. Le simple fait que «les enfants ne s'assoient pas dans un bâtiment de l'école publique" ne constitue pas une menace pour leur bien-être.  Il souligne également qu'il est faux de prétendre que les parents refusaient le dialogue avec les services sociaux. Au contraire, a expliqué leur avocat, ce sont les services de la jeunesse qui n'ont pas répondu aux courriers des parents.  Le fond de l'affaire pose question en Allemagne. Dans de nombreux autres pays européens, comme la France, ainsi qu'aux Etats-Unis, il est permis sous certaines conditions (de plus en plus restrictives, il faut le souligner) aux parents d'enseigner à domicile à leurs enfants.

Pas un cas isolé 

En Hesse, ainsi que dans d'autres états de la fédération allemande, le sort de la famille Wunderlich n'est pas un cas isolé. Le 22 mai dernier, le tribunal de district de Fritzlar (Hesse du nord) a condamné Christian Thomas (51 ans) et Marit Mousse (47 ans)  à une amende de 700 euros, parce qu'ils enseignent à leurs enfants à la maison.  Le ministère public a même requis une peine de six mois d'emprisonnement sous prétexte de récidive car cela fait déjà deux fois que ces parents sont condamnés à des amendes.

La bataille pour le droit de faire l'école à la maison se poursuit en Allemagne. Une association lancée à Dreieich (près de Francfort) et présidée par un avocat, Maître Armin Eckermann, a décrit l'action des autorités de Darmstadt comme un «enlèvement commis par l'Etat". Aucun danger pour le bien-être de l'enfant n'existait. Le choix de faire l'école à la maison respecte le principe de scolarité obligatoire imposé par l'Etat. Par ailleurs, cet avocat insiste sur le principe de proportionnalité des moyens qui n'a pas été pris en considération en retirant ainsi des enfants à leurs parents.

Une famille de Baden-Wurttemberg a demandé l'asile aux Etats-Unis

Maître Eckermann a rappelé le cas d'une autre famille chrétienne de Baden-Württemberg.  Uwe et Hannelore Romeike et leurs cinq enfants ont quitté leur maison des environs de Stuttgart en 2008 pour s'établir à Morristown (Tennessee, Etats-Unis). Les autorités allemandes ne toléraient pas que les enfants reçoivent leur enseignement scolaire à domicile. Les parents ont été condamnés à de lourdes amendes. Aussi, de peur de perdre la garde de leurs enfants,  les Romeike ont fui vers les Etats-Unis et y ont demandé l'asile. Aux États-Unis, environ deux millions d'enfants sont scolarisés à domicile. En Allemagne, selon de vagues estimations, de 500 à 1000 enfants seraient scolarisés à la maison.  La Cour fédérale allemande a statué en 2007 que les parents qui retirent leurs enfants de l'école publique pour des raisons religieuses pouvaient au moins partiellement se voir retirer la garde de leurs enfants !

 
Message des chrétiens de Syrie à MM. Hollande et Obama
Écrit par CIVITAS   
04-09-2013
 
Alain Delon ose le dire : l'homosexualité est "contre-nature" !
Écrit par CIVITAS   
03-09-2013
 
Que les maires catholiques se coalisent !
Écrit par CIVITAS   
24-08-2013

Soutenons Madame Bompard ! Non à la dénaturation du mariage !

mariagehomopolygamie.jpgNouveau refus d'un maire de marier deux personnes de même sexe. C'est Marie-Claude Bompard, maire de Bollène, qui vient de refuser de marier Amandine Gilles et Angélique Leroux. Bien entendu, comme il s'agit de Madame Bompard, il ne fait aucun doute que l'affaire prendra une tournure hautement symbolique et va mobiliser dans les prochaines heures toutes les forces de la subversion sous le regard avide de l'ensemble des médias. On peut déjà constater l'ambition d'un élu de l'opposition locale, le socialiste Michel Lebailly, d'en faire un enjeu pour les prochaines élections municipales. C'est vrai que l'élu socialiste a encore du mal à digérer sa défaite et ne manquera pas d'intriguer pour tenter de prendre sa revanche.
Elément qui ne manquera pas d'orienter le débat : Madame Bompard a courageusement fait état de ses "convictions religieuses" pour expliquer son refus de marier ces deux femmes. Voilà qui devrait à n'en pas douter déclencher la furia des hordes laïcistes.
CIVITAS félicite Madame Bompard pour sa courageuse décision et pour avoir assumé ses convictions religieuses.
CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à écrire à Madame Bompard afin de lui témoigner leur soutien et l'encourager à tenir bon.
Rappelons à toutes fins utiles les enseignements de Saint Thomas d'Aquin : "Toute loi portée par les hommes n'a raison de loi que dans la mesure où elle découle de la loi naturelle. Si elle dévie en quelque point de la loi naturelle, ce n'est alors plus une loi, mais une corruption de la loi".
CIVITAS appelle en conséquence les élus municipaux catholiques et prioritairement les maires catholiques à se déclarer publiquement solidaires de Madame Bompard. Que ces élus se coalisent et forment un bloc solidaire et ils constitueront une force de résistance estimable en ces temps de grand déclin moral.
Alain Escada,
président de CIVITAS

 

 
Menons la guerre à la théorie du genre !
Écrit par CIVITAS   
22-08-2013

Théorie du genre : la folie se propage et tant pis pour les enfants...

stop.jpegLe gouverneur de Californie, Jerry Brown, a signé lundi une loi modifiant le code de l'Education des établissements scolaires de l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis, "pour assurer le respect de l'identité sexuelle des élèves transgenres".

La loi, rédigée par l'élu démocrate Tom Ammiano, affirme notamment que "tout élève sera autorisé à participer à des programmes et activités non-mixtes, comme des équipes sportives ou des compétitions, et utiliser les installations (scolaires) en accord avec son identité sexuelle, et non le sexe indiqué sur sa fiche d'identité".

Les élèves transgenres pourront donc s'inscrire dans une équipe de sport féminine ou masculine indépendamment de leur sexe "administratif", ou utiliser les toilettes de leur choix.

Dans un texte expliquant sa démarche, Tom Ammiano avait déclaré: "Les élèves transgenres vont-ils embarrasser d'autres enfants ? Peut-être. Je ne veux pas minimiser cet aspect, mais les nouvelles expériences sont souvent embarrassantes.".

Assez de cette folie ! Aidez CIVITAS à mener la guerre à la théorie du genre et ses dangereux idéologues!

 
Théorie du genre : des milliers d'enfants vont servir de cobayes dès septembre
Écrit par CIVITAS   
20-08-2013

Dès septembre, plusieurs milliers d'élèves vont servir de cobayes pour une expérimentation menée dans 500 écoles en vue de propager la théorie du genre

danger.jpgUn rapport publié par l'Inspection générale de l'éducation nationale (*) remis au ministre Vincent Peillon, demande que « les stéréotypes de genre soient déconstruits et mis à distance », notamment en primaire. La théorie du genre sera bien, malgré les dénégations de certains ministres et de certains médias, un dossier prioritaire de la politique gouvernementale.

Cette offensive profondément subversive prendra différentes formes. On annonce déjà une expérimentation qui concernera dès septembre 500 écoles de dix académies et s'adressera à plusieurs milliers d'élèves de la grande section de maternelle au CM2, ainsi qu'à leurs professeurs. En effet, après avoir inauguré la crèche Bourdarias en Seine-Saint-Denis, qui s'inspire directement de la théorie du genre et prétend offrir une éducation non différenciée aux enfants, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem s'attaque à l'école, avec les «ABCD de l'égalité», "ateliers ludiques", lancés conjointement avec le ministère de l'Éducation nationale. Objectif: faire en sorte que «nos enfants cessent d'intérioriser dès le plus jeune âge les inégalités qui se forment entre les deux sexes», selon les mots de Najat Vallaud-Belkacem, et déconstruire ainsi des stéréotypes de genre.

(*) «L'égalité entre filles et garçons dans les écoles et les établissements»

 
Idéologie du genre : la folie se propage
Écrit par Civitas   
19-08-2013

Théorie du genre : les certificats de naissance allemands proposeront la mention sexe "indéterminé"

gender.pngL'Allemagne deviendra le 1er novembre le premier pays européen à permettre d'inscrire un sexe "indéterminé" sur le certificat de naissance des nourissons, rapporte le journal Süddeutsche Zeitung.

Cette reconnaissance d'un troisième genre par Berlin prend appui sur une recommandation de la Cour constitutionnelle, qui estime que le genre ressenti et vécu est un droit humain de base.

Les personnes qui seront enregistrées sous un sexe "indéterminé" pourront ultérieurement dans leur vie modifier leur "identité sexuelle" sur leur certificat de naissance si elles le souhaitent. 

Rappelons par ailleurs que dans ce même pays, des parents sont condamnés pour avoir refusé que leurs enfants suivent des cours d'éducation sexuelle faisant l'apologie de l'homosexualité et de l'idéologie du genre.

 
Abbé Bruno Schaeffer - RIP
Écrit par civitas   
09-08-2013

Prions pour le repos de l'âme de M. l'abbé Bruno Schaeffer

Communiqué du District de France de la FSSPX :

Nous confions à vos prières le repos de l’âme de M. l'abbé Bruno SCHAEFFER.

ab-schaeffer.jpg

Monsieur l'abbé SCHAEFFER est décédé très saintement dans la nuit du 8 au 9 août
à 3 heures du matin, toute la communauté bénédictine étant présente autour de lui.

Il avait fait sa profession monastique le mardi 6 août dernier en la fête de la Transfiguration.

La messe d'enterrement, célébrée par M. l'abbé Régis de Cacqueray,  aura lieu le :

Mardi 13 août 2013 à 10 H 30 en l'abbaye bénédictine de BELLAIGUE

Il sera également enterré dans le cimetière de la communauté.

+++

Communiqué de CIVITAS :
C'est avec émotion que nous apprenons le rappel à Dieu de M. l'abbé Bruno Schaeffer. 
Que de souvenirs viennent à l'esprit ! Depuis la fondation de Civitas, l'abbé Schaeffer avait porté un regard bienveillant sur toutes nos initiatives. Son Château de Couloutre a abrité bien des sessions de notre Institut. Plusieurs générations de militants l'y ont écouté prononcer des conférences qui nous portaient à l'engagement et nous conservaient dans l'espérance malgré toutes les épreuves de notre temps. L'abbé Schaeffer était un véritable érudit auprès de qui beaucoup venaient chercher conseil. De sa plume, il rédigea avec enthousiasme l'un ou l'autre appel à participer à l'Hommage à Ste Jeanne d'Arc que nous organisons depuis quelques années, témoignant avec vigueur de ce patriotisme chrétien qu'il encourageait de ses voeux.
Malgré la maladie et les forces qui l'abandonnaient, il restait attentif aux événements qui bouleversent la France et suivait avec joie l'émergence d'une saine résistance. Nous conserverons toujours à l'esprit ses précieux encouragements ainsi que ses recommandations empreintes de sagesse et de totale confiance en la Divine Providence.
Nous recommandons à vos prières le repos de son âme.
 
Veilleurs-debout - Place Vendôme - Entretien exclusif avec Léopoldine
Écrit par CIVITAS   
04-08-2013

civitas,place vendôme,veilleurs deboutLe mois d'août vient de commencer, Paris a pris son rythme estival mais les veilleurs-debout tiennent bon place Vendôme.

Pas de vacances pour la résistance!

Rencontre avec Léopoldine, brillante étudiante en histoire de l'art de 21 ans et veilleuse-debout enthousiaste, souriante et motivée.

La journée du 24 mars a été un déclic pour Léopoldine. Le mépris et l'autisme du gouvernement vis-à-vis des défenseurs de la famille, couplés aux nombreuses et injustes violences policières, ont comblé la mesure. Depuis, elle ne compte plus les heures qu'elle investit avec enthousiasme pour défendre l'avenir de la société et les enfants.

A la sortie de son travail chaque soir, elle rejoint comme d'autres, la place Vendôme pour relayer les courageux qui l'auraient précédée ou pour raviver le flambeau symbolique  par sa présence et sa veille attentive.

Quand on l'interroge sur ses motivations, Léopoldine répond que devant la gravité et l'urgence de la situation, « il est temps d'agir et non plus d'approuver de loin ce combat pour la défense de la famille et des enfants.»

En plus du mépris du gouvernement pour les défenseurs de la famille et des violences policières, c'est cette volonté qu'a le gouvernement de s'attaquer largement aux enfants  via l'enseignement obligatoire de l'idéologie du genre qui l'inquiète particulièrement: « Dans nos lycées nous avons tous été d'une manière ou d'une autre victime de la pensée unique mais nous avons eu la chance de réussir à en sortir mais là, il veulent imposer aux enfants une idéologie dès le plus jeune âge. c'est pas possible, on ne peut pas laisser faire ça ».

«Protégeons les enfants, ils ne doivent pas devenir un instrument de l'Etat ».

L'incarcération de Nicolas B. a marqué pour elle le point de départ de son engagement dans cette forme d'action que sont les veilleurs-debout. Et elle compte persévérer «le temps qu'il faudra »!

«Veilleurs-debout, c'est un des moyens pour être le grain de sable dans le système, celui qui va enrayer la machine. C'est aussi tout simplement se tenir debout pour ses convictions, cela ne sert peut être à rien au niveau purement consumériste mais dans dix ans on sera content et fier de l'avoir fait.»

« Défendre l'enfant c'est beau! Et devant le plan du gouvernement qui est de transformer chaque futur citoyen en pur consommateur, il faut apprendre à nous battre pour quelque chose de supérieur et pas forcément d'utile tout de suite » nous explique-t-elle en justifiant sa démarche, citation de Cyrano de Bergerac  sur le Panache à l'appui.

civitas,place vendôme,veilleurs deboutSon but?  « provoquer une prise de conscience car le système doit changer, la lutte pour le bon sens et la famille doit s'étendre." nous dit-elle en avouant espérer qu'un jour, tous les mouvements honnêtes et dont l'objectif réel est la défense de famille et du bon sens ,  finissent par se fédérer.

ONLR (On Ne Lâche Rien)?  « Cette phrase doit  symboliser notre détermination et notre mobilisation persévérante en dépit des hauts et des bas que nous pouvons rencontrer à titre personnel ou de manière général dans notre combat pour la famille.»

« Cette phrase doit  symboliser l'engagement de chacun. Le vice de notre époque c'est le confort. Notre plus gros problème, c'est les indifférents et les endormis.  Pire, il y a les gens conscients mais qui n'agissent pas ou qui trouvent toutes les excuses possibles pour ne pas agir. Tout le monde sans exception est concerné et doit prendre ses responsabilités!»

L'Eglise? « je ne m'y retrouve plus» nous confie cette paroissienne de Notre Dame. «L'indifférence et le manque de fermeté de certains évêques  et hommes d'Eglise » l'exaspèrent. «L'Eglise doit affirmer fièrement ses positions et cesser son jeu avec le gouvernement » . L'objectif des hommes d'Eglise devrait être de « ré-évangéliser les cœurs, pas de tenir un discours froid, emprunt parfois de mysticisme et très souvent complètement affilié à l'Etat.»

civitas,place vendôme,veilleurs deboutL'avenir? « Aujourd'hui on a pleins de moyens de construire quelque chose de bien mais faut pas que ça tombe à l'eau! Malheureusement aujourd'hui  c'est encore l'état d'esprit du  "les vacances d'abord et le combat après" qui prédomine. C'est cette religion du confort qu'il nous faut d'abord vaincre. Ne nous laissons pas acheter pour vivoter mais aspirons à vivre fièrement en défendant coûte que coûte nos convictions et notre avenir! »

Un mot de la fin? « Les veilleurs-debout sont une tentative dans l'Espérance. On ne sait pas de quoi sera fait l'avenir, c'est pourquoi il faut tenir bon et il faut rester.  Pour ceux qui penserait que cela ne sert à rien, je leur répondrai que ça sert au moins à dire que l'on est toujours là avec nos convictions. En un mot, chacun doit prendre ses responsabilités, il faut se bouger! »

FJC remercie chaleureusement Léopoldine de nous avoir accordé cet entretien. Nous la félicitons pour son engagement, l'assurons de notre soutien et lui souhaitons bon courage pour la suite! ONLR!

*FJC =  France Jeunesse Civitas

 
Embryons - Le régime socialiste s'attaque encore et sans raison aux plus faibles!
Écrit par CIVITAS   
02-08-2013

civitas,loi autorisant la recherche sur les embryons,conseil constitutionnel,printemps français,onlr

Hier le conseil constitutionnel, composé à majorité de personnalités nommées par l'ancienne majorité UMP mais désormais complice attitré du régime socialiste, a validé la loi votée récemment au parlement  qui autorise la recherche sur les embryons, autrement dit l'autorisation de pratiquer des expériences sur les enfants-à-naître.

Le choix de faire passer cette loi fin juillet-début août en dit long sur l'état d'esprit du gouvernement.

Plus grave encore:

Le professeur Claude Huriet, médecin reconnu, ancien membre du Comité consultatif national d’éthique, qualifie cette loi autorisant la recherche sur l’embryon de « Dépassée » et passéiste" .

Pourquoi?

Tout simplement car ce type de recherches sur les embryons est aujourd’hui rendu obsolète par les progrès réalisés avec les IPS*: les cellules adultes reprogrammées en cellule immature capable de redonner n’importe quelle sorte de cellules de l’organisme.

Dans une tribune au Monde le 14 mars dernier, le professeur Claude Huriet écrivait: « En quinze ans, aucun patient n’a été traité par des cellules souches embryonnaires (CESh) », à l’inverse, il évoquait les « progrès extraordinaires concernant les cellules souches adultes ou induites (IPS*) et leurs possibles applications thérapeutiques ». 

Se référant aux travaux sur ce sujet des professeurs Shinya Yamanaka et Sir John B. Gurdon, travaux qui leurs ont valus le prix Nobel de médecine de l’année dernière, il va jusqu'à affirmer que « La reprogrammation de cellules sanguines ou cutanées en cellules semblables à des cellules souches embryonnaires donne à ces dernières un ‘‘coup de vieux’’ ! » 

il n’y a donc pas « de justification scientifique et médicale à utiliser des embryons humains » .

Les IPS*, les cellules adultes reprogrammées, sont bien plus prometteuses au niveau thérapeutique que les embryons.

C’est  également ce qu'exprime Alain Privat, professeur en neurobiologie à l’École pratique des hautes études et ancien directeur de recherche à l’Inserm: « Il y a eu un changement très net depuis deux ans, car nous avons pris la mesure des travaux sur les IPS », explique-t-il.

Lui aussi pense que dans ces conditions, il n’y a plus « de justification scientifique et médicale à utiliser des embryons humains ».

L'Inserm (L’Institut national de la santé et de la recherche médicale)  rappelle également de son coté que  " Les cellules IPS* sont  identiques aux cellules souches embryonnaires ".

Alors pourquoi le pouvoir socialiste légalise-t-il malgré tout la possibilité de faire toutes sortes d'expériences sur les embryons, c'est à dire finalement sur les enfants-à-naître, alors que rien ne le justifie?

D'après le professeur Alain Privat, cette loi n’aurait d’autre justification que de servir les intérêts de certains laboratoires et d’industriels impatients d’utiliser des cellules souches embryonnaires pour tester des médicaments ou des substances cosmétiques à peu de frais. Il rajoute d'ailleurs qu'« On peut le faire avec des IPS*, mais c’est plus long et plus coûteux ».

Alors devant tant de perversion de la part du législateur et du régime socialiste qui a apporté son soutien à cette loi nocive, injuste et mortifère, ne restons pas passif !

Profitons de l'été pour préparer la nécessaire résistance à toutes ces folles initiatives qui s'en prennent délibérément à la société en s'attaquant jusqu'aux plus faibles qui la composent. Car voici une preuve de plus que même en période de vacances et dans tous les domaines, les raisons de " ne rien lâcher" s'accumulent.

Alors pour le bon sens, la Vie, les enfants(-à-naître) et la Famille, On Ne Lâche Rien!


*IPS: Cellule souche pluripotente induite (ou iPS) est une cellule adulte qui a été reprogrammée en cellule immature capable de redonner n’importe quelle sorte de cellules de l’organisme.

sources:

http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-hematologie-pneumologie/dossiers-d-information/les-cellules-pluripotentes-induites-ips

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Recherche-sur-l-embryon-va-t-on-lever-l-interdit-2013-03-27-925897

http://www.la-croix.com/Ethique/Bioethique/Ce-que-change-la-nouvelle-loi-sur-l-embryon-2013-07-15-986541

 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 151 - 180 sur 552

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici