Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier (déductible de vos impôts).
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Cours de catéchisme en ligne : Dieu existe
Écrit par Civitas   
01-03-2015
 
Regard catholique sur l'affaire Charlie Hebdo - Conférence à Bruxelles le 10 mars
Écrit par Civitas   
27-02-2015

2015_03_10_conference_AE-bruxelles.jpg

 
Les catholiques, citoyens de seconde zone en France
Écrit par Civitas   
24-02-2015

cimetière-profanation.jpg

. Lundi soir, François Hollande, président de la république, était l’invité d’honneur du diner annuel (à 900 euros par personne) du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Durant son discours, François Hollande s’est longtemps apitoyé sur la profanation du cimetière juif de Sare-Union. Il a longuement insisté sur le fait que les auteurs de ce saccage étaient des “Français de souche” mais il ne s’est pas souvenu que l’un d’entre-eux était un militant “antifasciste” notoire.
. Le président de la république n’a pas non plus estimé utile de faire la moindre allusion aux tombes chrétiennes profanées et aux crucifix arrachés des stèles à Tracy-sur-Mère, à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse ou à Saint-Beat.
. Pour la seule année 2014, le ministère de l’Intérieur a recensé des actes de profanation dans 206 cimetières chrétiens, 6 cimetières juifs et 4 carrés musulmans. Mais les tombes chrétiennes n’intéressent ni les élites politiques ni les journalistes.
D’ailleurs, pour le député socialiste et ex-ministre Michèle Delaunay, “il n’y a pas de cimetières catholiques”.
. Du 1er janvier au 15 février 2015, nous avons relevé au moins 45 lieux de culte catholiques profanés !
Le 3 février 2015, Vivette Lopez, sénatrice du Gard et maire de Mus, posait une question écrite au Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve à propos de la recrudescence des profanations des lieux de culte chrétiens et notait : “(...) les statistiques gouvernementales en la matière indiquent que la religion catholique est bien largement la plus visée par les insultes et attaques que toutes les autres confessions”. Aussi, la sénatrice souhaitait connaître “les dispositions qu’entend mettre en œuvre le gouvernement afin de condamner fermement tout acte perpétré contre les lieux de culte chrétiens”. La réponse risque de se faire attendre...
. N’est-ce pas le Premier ministre Manuel Valls qui a déclaré que “le départ de 100.000 juifs infligerait un coup plus dur à la France que celui de 100.000 chrétiens” (propos rapportés dans Libération du 22 janvier 2015 par l’écrivain israélien Yehoshua) ?
. Et quand François Hollande s’émeut de “l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens, otages de Daech en Libye”, il ne croit pas utile de relever qu’ils étaient coptes, donc chrétiens, et que c’est pour cette raison qu’ils ont été décapités.
. Combien de temps encore faudra-t-il que les catholiques de France subissent ce mépris éhonté de la part des “élus de la Nation” ?
 
Alain Escada, 
président de Civitas


La France a-t-elle un problème avec ses... par Europe1fr

 
Cours de catéchisme en ligne : le Credo
Écrit par Civitas   
23-02-2015
 
26 février à 19h30 - Conférence d'Alain Escada à Conflans-Sainte-Honorine
Écrit par Civitas   
20-02-2015

Le 26 février, le mouvement France Action Jeunesse (FAJ) recevra Alain Escada, président de Civitas (préinscription obligatoire).

escada-faj-affiche

 
2 mars à 20h - Conférence "La chasse aux sorcières et l'inquisition" par Marion Sigaut
Écrit par Civitas   
20-02-2015

marion-sigaut-conf

L'historienne et écrivain Marion Sigaut donnera une conférence sur le thème de "La chasse aux sorcières et l'inquisition" le lundi 2 mars à 20h00 en l'église St Nicolas du Chardonnet Paris 5.

Ses travaux portant d'ordinaire sur la période dite des "lumières", celle-ci de par son souci de la rigueur dans la recherche de la vérité historique contre les mystifications l'ont conduite à se pencher sur une période antérieure sur le sujet de la chasse aux sorcières et de l'inquisition, l'amenant à rédiger un manuel qui porte le titre de la conférence.

En pointant d'emblée sur les certitudes erronées qui nous ont été donné d'entendre et pour certains répétés sans qu'aucun ne prenne la peine de vérifier la véracité des faits, Marion Sigaut nous ramène vers la vérité en s'amusant à heurter nos fausses convictions dès le prologue:

Si j'écris: "Durant le moyen-âge, un million de sorcières furent brûlées par l'inquisition", combien cette assertion contient-elle d'erreurs ?

Elle en contient seulement quatre:

Ce n'était pas au moyen-âge. Ce ne fût pas un million. Ce n'était pas que des sorcières. Et enfin, ce n'était pas l'inquisition.

Ainsi est concentré, en une seule phrase, tout ce que des siècles de propagande anticléricale a imprimé dans notre inconscient collectif sur le sujet, et qui semble bien être une des plus graves mystifications de l'Histoire de France.

Marion Sigaut remet les pendules à l'heure le lundi 2 mars à 20h00 à St Nicolas du Chardonnet.

affiche_sigaut-conference

4ème de couverture:

L’évocation de l’Inquisition ouvre dans notre perception collective une foule d’images de bûchers, de tortures, de femmes victimes et de prêtres pervers qui auraient été le quotidien d’un Moyen Âge obscur et barbare auquel seule l’émergence de la Raison et de la modernité aurait pu mettre fin. « C’est de l’Inquisition ! On se croirait au Moyen Âge ! C’est une véritable chasse aux sorcières ! » Qui n’a, un jour, utilisé ces expressions si familières qu’on en ignore à quel point elles sont inappropriées ?

Si l'on vous disait qu’au Moyen Âge, l’Inquisition n’a brûlé AUCUNE sorcière, le croiriez-vous ?

 
Loi Macron: coup de force pour une loi antisociale, anti-famille et anti-chrétienne
Écrit par Civitas   
17-02-2015

francechrétienne.jpeg

 
Recourir à l’article 49.3 de la Constitution pour imposer la loi Macron, voilà le choix du gouvernement pour passer outre le rejet quasiment assuré de cette loi par l’Assemblée nationale.
 
Le tandem Hollande-Valls ne survit que par le coup de force.
 
Notons qu’à l’UMP, des gens comme Thierry Mariani et Hervé Mariton, le grand ami de la Manif pour Tous, avaient annoncé leur intention de voter pour la loi Macron.
 
Qu’est-ce que la loi Macron, du nom du ministre issu de la banque Rothschild ?
 
A notre niveau, nous retiendrons que la loi Macron “pour la croissance et l’activité”
- étend le travail le dimanche et la nuit;
- permet de supprimer les fêtes catholiques de la liste des jours fériés dans les départements et régions d’Outre-mer pour les remplacer par des “jours fériés locaux”.
 
Le dimanche, jour du Seigneur, est aussi l’un des rares moments qui permet à la famille de se retrouver. Le gouvernement socialiste et la Haute Finance s’associent pour affaiblir le caractère religieux du dimanche ainsi que pour arracher aux familles ce dernier moment de cohésion et y substituer un matérialisme athéiste.
 
De même, le gouvernement socialiste entame en Outre-mer un processus offensif volontairement antichrétien en encourageant à mettre fin à l’aspect férié du lundi de Pâques, du jeudi de l’Ascension, du lundi de Pentecôte, de l’Assomption, de la Toussaint et même de Noël. Et pourquoi cette réforme qui affecte l’Outre-mer tarderait-elle à s’imposer également en Métropole où différentes diasporas et confessions réclament leurs propres jours fériés ? Tout cela s’apparente aux propos de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, considérant qu’évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est “faire une relecture historique frelatée” qui a “rendu la France peu à peu nauséeuse”. Le même Cazeneuve qui, il y a quelques semaines, recevait très officiellement à déjeuner les représentants des différentes obédiences maçonniques.
 
La république maçonnique est à l’œuvre, toujours prompte à profiter de chaque occasion pour accentuer la déchristianisation de la France.
“Toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Eglise”, avait prévenu Vincent Peillon dans son livre Une religion pour la République.
 
Allons-nous laisser faire ?
 
Alain Escada,

 

président de Civitas
 
Le catéchisme - présentation
Écrit par Civitas   
15-02-2015
 
Face à une dictature matérialiste, athéiste et mondialiste
Écrit par Civitas   
06-02-2015

statue-ste-vierge-grenoble.jpg

Après la chasse aux crèches de Noël, les fondamentalistes de la “Libre Pensée” s’en prennent aux statues de la Ste Vierge. L’association la Libre Pensée de Haute-Savoie avait intenté une action contre l’installation en août 2011 d’une statue de la Ste Vierge dans le parc municipal de la commune de Publier. Magnifique, Notre-Dame-du-Léman posait son regard bienveillant, du haut du village de 6.500 habitants, sur le Léman. Gaston Lacroix, courageux maire de Publier, avait toujours refusé de céder aux intimidations des fondamentalistes laïques.  Mais le Tribunal administratif de Grenoble, saisi par les laïcistes, vient d’ordonner le déménagement de la statue.

«La question de l’existence ou non de Dieu n’est pas de la compétence d’un maire ni de quelconque élu.», s’est réjoui José Goëmans à qui on doit cet acharnement antichrétien dans cette petite localité. Le maire Gaston Lacroix, lui, continue de souligner l’évidence. «De nos jours, la France ne sait plus où elle habite. On assiste à une perte de repères. (...) cette statue est un repère. (...) Il n’y a pas un sommet où on ne trouve pas une croix ou une Vierge. Beaucoup ont été édifiées après 1905!», a-t-il déclaré à France 3.

Ce fait local traduit l’état d’esprit qui règne aujourd’hui en France et qui s’est renforcé avec “l’affaire Charlie Hebdo”. La République hait Dieu. La République sait néanmoins que l’homme ne peut vivre sans religion. La République veut donc imposer la laïcité comme religion de substitution. Dans un scénario digne d’Aldous Huxley ou de Georges Orwell, la République commande à la population de répéter l’incantation “Je suis Charlie”, à l’école ou au travail, sous peine d’être dénoncé comme un déviant. Chacun est sommé d’accepter le blasphème, de tolérer la profanation, de sourire du sacrilège. Sauf lorsque le “sacrilège” vise un dogme de la laïcité républicaine. Là, instantanément, la fameuse liberté d’expression fait place au bras répressif de l’ogre républicain et de sa police de la pensée.

Durant des mois de manifestations contre la loi Taubira, comme tant d’autres, nous avons dénoncé la “dictature socialiste”. Le terme était impropre. Il s’agit d’une dictature matérialiste, athéiste et mondialiste. Le socialisme français en est simplement un exécutant plus dogmatique et zélé que d’autres. La théorie du genre prescrite de force à l’école ou les ambitions de légaliser l’euthanasie n’en sont que des illustrations parmi d’autres.

Une fois de plus, Civitas rappelle ces mots de Jean Jaurès : “Nos adversaires ont-ils opposé doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution, l’entière pensée catholique, de réclamer pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d’inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés, ils ont chicané sur des détails d’organisation. Ils n’ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l’âme de l’Eglise.

J’appelle tous ceux qui refusent de se dérober plus longtemps à rejoindre Civitas sous l’étendard du Christ-Roi. Serrons les rangs pour affronter les temps d’épreuves.

 

Alain Escada, président de Civitas

 
Qu'est-ce que la politique ? (cours de philo politique par l'abbé Billecocq)
Écrit par Civitas   
06-02-2015

Cette conférence de philosophie politique est filmée dans le cadre d'un cours donné par l'abbé Billecocq pour l'institut Civitas.

Voici le plan de cette 3ème conférence qui répond à la question: Qu'est-ce que la politique ?

L’ordre

- La raison ne fait pas l’ordre : Elle le contemple

- La raison met de l’ordre :

. En elle-même : Logique, rhétorique

. Dans la volonté : Philosophie, morale

. Dans les objets extérieurs : Arts et techniques

La science

- La science spéculative : Métaphysique, contemplation

- La science pratique 1 : Agir, politique, fin

- La science pratique 2 : Faire

La politique : Achèvement de la morale

Conclusion : On a substitué un savoir spéculatif à la pratique

Marcel De Corte

La science pratique n’est pas la science de l’action, elle est l’action elle-même […] accomplissement temporel de la nature sociale de l’homme.

Marcel de Corte

Référence de l'ouvrage de St Thomas d'Aquin mentionné lors de la conférence:

L'humanisme politique St Thomas d'Aquin

L'humanisme politique de saint Thomas d'Aquin

Retrouvez les deux précédentes conférences consacrées à la philosophie politique:

1 - Les transformations opérées par la révolution de 1789

2 - La communication et la vie politique

La prochaine conférence qui aura lieu début mars aura pour thème: Personne et bien commun

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 30 sur 607

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici