Accueil

Faites un don

Chacune de nos activités, chacun de nos engagements a un coût financier qui limite nécessairement nos capacités. Pour nous aider à étendre notre influence, pour multiplier nos actions, nous avons besoin de votre soutien financier.
Vous ne pouvez nous donner un peu de votre temps ? Donnez-nous un peu de votre argent !

Envoyez un don en cliquant sur le bouton ci-dessous (paiement sécurisé par carte bancaire ou avec un compte Paypal) :

Lettre aux amis de Civitas

Inscrivez-vous à notre lettre d'information électronique






Oui, Civitas occupera le terrain politique
Écrit par CIVITAS   
29-06-2016

escada-interview.jpg

Communiqué de Civitas

Depuis mardi, les médias ont consacré quantité d'articles et d'émissions à l'arrivée de Civitas sur le terrain politique.

Civitas confirme que ses statuts ont été modifiés de façon à pouvoir mieux faire entendre ses arguments dans le paysage politique.

A ce titre, lors de n'importe quel scrutin, Civitas est désormais en droit de soutenir un ou des candidats ou de présenter un ou des candidats.

Civitas précisera en septembre la stratégie choisie à cet effet.

 

 
Civitas sur le terrain politique ? Tout le monde en parle
Écrit par CIVITAS   
29-06-2016

civitas-foule-mpi.jpg

 
Rétablissons les corporations et une économie du réel !
Écrit par CIVITAS   
29-06-2016

 
Brexit, une gifle du pays réel au pays légal
Écrit par CIVITAS   
24-06-2016

vote-for-brexit.png

La nouvelle est tombée ce matin : le référendum organisé ce 23 juin au Royaume-Uni a donné gagnante la sortie de ce pays de l’Union Européenne.
 
C’est une victoire des paysans, des pêcheurs, des artisans, des petits commerçants, des petites entreprises, des ouvriers, des employés, des “sans dents”, des familles, des patriotes et du bon sens.
 
C’est une défaite des mondialistes, des banksters, des multinationales, de la gauche internationaliste et apatride, des lobbies interlopes, des promoteurs du vice, des forces occultes, de la synarchie, du syncrétisme religieux, des médias du système et de la jet-set décadente et cosmopolite.
 
CIVITAS félicite les électeurs britanniques pour cette victoire du pays réel sur le pays légal. Une victoire qui fait du bien au moral.
 
Il faut maintenant espérer que le pays réel ne sera pas spolié de cette victoire par des politiciens corrompus, comme cela fut le cas en France et aux Pays-Bas lors de précédents référendums.
 
Il faut surtout avoir bien en tête que le système vient de recevoir une gifle mais qu’il n’est pas à terre, loin de là. La propagande va redoubler d’efforts dans les prochaines heures et prendre prétexte du Brexit pour justifier de nouvelles mesures urgentes en faveur du renforcement du mondialisme contre le prétendu “repli sur soi”.  Des représentants de la haute finance vagabonde aux tenants de la haine de Dieu, de la Patrie et de la Famille, en passant par les troupeaux de bien-pensants manipulés, tous vont se donner la main pour utiliser ce Brexit à leur profit.
 
A nous de résister et de préparer la suite !
 
Alain Escada,
président de CIVITAS
 
La troisième voie, c'est le catholicisme social
Écrit par CIVITAS   
20-06-2016
 
Venez défendre l'école catholique le 25 juin à Bruxelles
Écrit par CIVITAS   
18-06-2016

 
Marche pour l'enseignement catholique le 25 juin à Bruxelles
Écrit par CIVITAS   
18-06-2016

marche-pour-enseignement-catholique.jpg

Civitas a récemment diffusé un communiqué appelant à participer à une Marche pour l'enseignement catholique organisée à Bruxelles le samedi 25 juin à 14h. Nous avons posé quelques questions à Alain Escada à ce sujet.

MPI : Qui organise cette marche ?

Alain Escada : Cette Marche pour l'enseignement catholique est organisée par Pro Familia, une association catholique flamande avec laquelle nous sommes en contact depuis plus d'un an. Son président, Dries Goethals, était présent au défilé d'hommage à Sainte Jeanne d'Arc que Civitas organisait à Paris le 8 mai dernier. Il m'a recontacté il y a quelques jours pour m'exposer les raisons de cette Marche pour l'enseignement catholique - en l'occurrence, le projet d'ouvrir des salles de prières musulmanes dans les écoles de l'Enseignement catholique flamand - et me proposer d'y prendre la parole au nom de Civitas.

MPI : Dans votre communiqué, vous avez relié l'actualité française des attaques contre les écoles hors contrat à la situation belge. Pourquoi ?

Alain Escada : Je ne crois pas au hasard. C'est à l'échelon supranational et dans l'ombre des forces occultes que des esprits machiavéliques réfléchissent aux moyens de s'emparer très tôt des enfants pour les formater à la pensée unique. Ces gens-là, foncièrement anti-catholiques, cherchent à tout prix à priver les parents de la possibilité d'élever leurs enfants de façon vraiment catholique. Pour cela, les écoles sont devenues leur cible.

Cette idée absurde d'ouvrir des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques implique de facto que ces écoles ne seront plus catholiques, si tant est qu'elles l'étaient encore.

En France, nous avons cru pouvoir mettre nos enfants à l'abri grâce aux écoles hors contrat mais ces dernières semaines, tant des parlementaires du parti Les Républicains que la ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem ont pris des initiatives pour menacer gravement les écoles hors contrat et l'instruction à domicile. Je rappelle à ce sujet que Najat Vallaud-Belkacem a répété à plusieurs reprises son admiration, en matière d'éducation, pour le "modèle suédois". Or la Suède a été pionnière dans la mise en place, dès la crèche, d'un enseignement de la théorie du genre. Et la Suède a également voté au parlement la disparition des écoles hors contrat.

Je crois donc nécessaire et indispensable que les catholiques de toute l'Europe tissent des liens pour résister au mieux à cette offensive. C'est la raison pour laquelle j'ai appelé à participer à cette Marche pour l'enseignement catholique qui se déroulera à Bruxelles le samedi 25 juin.

drapeaux-sacré-coeur-MPI

 

 
Les mensonges démocratiques
Écrit par CIVITAS   
17-06-2016

Le numéro 60 de la revue Civitas traite des mensonges démocratiques.

 

civ_60_juin_Blog.jpg

« La démocratie c'est le mal, la démocratie c'est la mort », écrivait Charles Maurras. On pourrait y ajouter, la démocratie c'est le mensonge et notre dossier aura pour objectif de montrer en quoi la démocratie est foncièrement menteuse.

Les mensonges, que ce dossier dénoncera, sont ceux du système démocratique fondé sur la souveraineté du peuple, système politique qui se veut seul légitime et moral, quelle que soit la taille des communautés considérées ou la valeur de leurs citoyens.

Notre objectif prioritaire sera au moins autant de dénoncer l'incohérence des démocrates en peau de lapin que de démasquer la démocratie elle-même et d'en montrer la nature congénitalement menteuse lorsqu'elle se veut représentative, seule source de légitimité, seul système rationnel.

Dans ce but, Joseph Flaure inaugurera le dossier par un indispensable retour aux fondamentaux, avec un article sur ce que St Thomas d’Aquin entendait par démocratie.

Le second article constituera le cœur du dossier et dénoncera les mensonges consubstantiels à la démocratie représentative.

Le professeur Claude Rousseau portera un regard lucide sur les perspectives de sortie du système, et, la rédaction proposera, à titre de conclusion, quelques perspectives induites de l'ensemble de ces travaux.

Une nouvelle rubrique « Culture et sociétés » a, par ailleurs, été ajoutée à la revue.  En effet, si nous nous voulons être politiquement les défenseurs de la nation et de l’État catholique, il importe que notre revue sache en faire partager toute la dimension culturelle, géographique, artistique, morale... et ce chapitre proposera aux lecteurs divers écrits sur tout ce qui incarne notre pays, notre religion, notre culture.

Nous débutons avec un essai de Thierry Bouzard sur la place de l’identité musicale française, et avec un article, description d'œuvres à l'appui, sur la peinture italienne de l'école bolonaise du XVIIème siècle.

 

Numéro à commander au prix de 9,80 € (port compris) par chèque à l'ordre de Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil 

ou  Image d’aperçu

 
Les libertés scolaires prises en tenaille : réagissez !
Écrit par CIVITAS   
10-06-2016

 

Le 18 décembre 2013, six sénateurs UMP déposaient une proposition de loi visant « à limiter la possibilité d’instruction obligatoire donnée par la famille à domicile aux seuls cas d’incapacité ». Le 11 mars 2014, quelques jours avant une débâcle électorale sans précédent pour la gauche, mais aussi face à la mobilisation croissante des catholiques et d'autres groupes de pression contre cette proposition de loi, celle-ci était purement et simplement retirée. Pourtant, Civitas appelait à ne pas baisser la garde : notre institut dénonçait alors un retrait de la proposition de loi purement électoraliste, de court terme, en attendant qu'on la remette sur le tapis dans un contexte plus favorable... Retirer la proposition de loi, c'était reculer pour mieux sauter ! Nous disions alors qu'il fallait se tenir prêt à riposter en cas de retour d'un projet ou d'une proposition de loi similaire, et avions consacré dans la foulée un dossier spécial défendant l'instruction à domicile.

 Aujourd'hui, l'actualité nous donne malheureusement raison. A gauche, Najat Vallaud-Belkacem s'attaque aux écoles libres ou hors-contrat. Elle a présenté son projet ce 9 juin à la presse, proposant notamment un régime d'autorisation préalable à toute ouverture d'école hors contrat. Quant à la droite, elle a devancé le ministre. Le 27 avril dernier, 28 députés du parti Les républicains et un apparenté, ont en effet déposé une nouvelle proposition de loi visant quasiment à interdire l'école à la maison (qui ne deviendrait possible que pour les enfants handicapés et d'autres enfants dans des situations très spécifiques : forains, etc.), et à renforcer drastiquement les contrôles sur les écoles hors-contrat. D'essentiellement techniques (contrôle du respect des normes de construction, de sécurité etc.), ces contrôles deviendraient idéologiques (respect des « valeurs » de la République, c'est-à-dire dans les faits, des valeurs maçonniques de l'UMPS et de ses alliés)... le tout sous prétexte de lutter contre le terrorisme islamique.

 Face à ces atteintes gravissimes aux libertés scolaires, plusieurs initiatives heureuses sont en train de s'organiser et vont rapidement, espérons-le, monter en puissance. D'ores et déjà, Civitas participe à ce combat en mettant à disposition du public pour la somme réduite de 5 € (frais de port offert) notre numéro spécial sur l'instruction à domicile. Ce numéro, toujours d'actualité, a été volontairement construit comme un argumentaire utilisable par tous ceux qui veulent, d'une manière ou d'une autre, lutter contre la fin des libertés éducatives et scolaires.

civitas_52_JUIN2014_couv (3).jpg  

Commande par chèque : 5€ à l'ordre de Civitas envoyé à

Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil

 

   Commande par Paypal :   Image d’aperçu

 

 

 
Des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques ? Marche à Bruxelles le 25 juin
Écrit par CIVITAS   
09-06-2016

Appel à une marche le 25 juin

Des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques ?

Cette idée absurde est en passe de se réaliser en Belgique. Lieven Boeve, directeur général du réseau de l’Enseignement catholique de Flandre (Katholiek Onderwijs Vlaanderen), a proposé d’ouvrir des salles de prières musulmanes dans les écoles catholiques de Flandre. Et l’Archevêque De Kesel a déclaré à la presse que “les Evêques soutiennent complètement les propositions de Lieven Boeve”.

Or cette proposition est en contradiction directe avec la mission d’un enseignement qualifié de catholique qui, comme son nom l’indique, a pour devoir d’instruire les enfants selon la doctrine catholique.

Ouvrir des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques conduira soit à une conquête islamique de certains établissements scolaires dits catholiques mais dont les élèves musulmans sont déjà majoritaires, soit à l’essor du relativisme et du syncrétisme religieux qui servent le plan mondialiste.

Si cette mesure est pour l’instant discutée en Flandre, nul doute qu’elle sera reprise ultérieurement en Belgique francophone, en France et dans le reste de l’Europe car elle correspond à l’attitude générale irresponsable d’une part importante de l’Eglise conciliaire.

Cette nouvelle folie vient confirmer l’utilité des écoles catholiques hors contrat. Mais leur existence en Belgique se révèle extrêmement compliquée. Et en France, elles sont menacées par une proposition de loi déposée par des parlementaires LR ainsi que par un projet de modification par ordonnance de la règlementation en vigueur présenté par le ministre Najat Vallaud-Belkacem.

L’association catholique flamande Pro Familia tente de s’y opposer. Elle organise à Bruxelles, le samedi 25 juin, une “Marche pour l’enseignement catholique” et m’a demandé d’y prendre la parole en français. J’invite tous les Français et les Belges qui le peuvent à me rejoindre à cette marche.

Alain Escada, président de Civitas

Marche pour l’enseignement catholique, samedi 25 juin à 14h, square Frère-Orban à Bruxelles.

marche-pour-enseignement-catholique.jpg

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 30 sur 792

Vos achats en ligne

Revue Civitas

Abonnement d'un an à la revue Civitas (4 numéros)
25€

 


Pour acheter au numéro :

Cliquez ici